jeudi 16 décembre 2021

Zeus d'Olympie, merveille du monde... à l'Hermitage !


 

Je vous ai déjà montré les oeuvres d'art en voyage : si nous voulons imaginer la troisième merveille du monde, il faudra nous rendre à Olympie en Grèce, pour y voir les ruines du temple qui abritait la statue géante de Zeus, érigée par Phidias... mais il n'y a plus que des ruines !

Cette statue de Zeus avait été commandée par les Éléens, gardiens des Jeux Olympiques, dans la seconde moitié du Ve siècle av. J.-C. pour leur nouveau temple. Cherchant à surpasser leurs rivaux athéniens, les Eléens employèrent le sculpteur Phidias, qui avait auparavant réalisé la statue, impressionnante elle aussi, d' Athéna Parthénos dans le Parthénon.  



La statue occupait la moitié de la largeur de l'allée du temple construit pour l'abriter. Le géographe Strabon a noté au début du 1er siècle avant JC que la statue donnait « l'impression que si Zeus, qui était assis, se levait et se tenait debout, il ouvrirait le toit du temple ».  Le Zeus était une sculpture chryséléphantine, faite de panneaux d'ivoire et d'or sur une sous-structure en bois. Aucune copie en marbre ou en bronze n'a survécu, bien qu'il existe des versions reconnaissables mais seulement approximatives sur les pièces de monnaie d' Elis à proximité et sur les pièces de monnaie romaines et les pierres précieuses gravées. Je reprends les propos officiels mais quand je vais vous emmener à l'Hermitage museum de St Petersbourg, vous allez voir que l'on peut voir précisément notre Zeus.



Le géographe et voyageur du IIe siècle après J.-C. Pausanias a laissé une description détaillée : la statue était couronnée d'une couronne sculptée de gerbes d'olivier et portait une robe dorée en verre, sculptée d'animaux et de lys. Sa main droite tenait une petite statue chryséléphantine de Nike couronnée, déesse de la victoire ; sa gauche un sceptre incrusté de nombreux métaux, supportant un aigle. Le trône comportait des figures peintes et des images forgées et était décoré d'or, de pierres précieuses, d'ébène et d'ivoire. Les sandales dorées de Zeus reposaient sur un repose-pieds décoré d'une Amazonomachie en relief. Le passage sous le trône était restreint par des écrans peints. 



les plus belles photos de Dreamline sont maculées de sigles pour vendre cher les vues "nettoyées" !

Pausanias raconte également que la statue était constamment enduite d'huile d'olive pour contrer l'effet néfaste sur l'ivoire causé par le "marécage" du bosquet d' Altis. Le sol devant l'image était pavé de carreaux noirs et entouré d'un rebord surélevé de marbre pour contenir l'huile. Ce réservoir agissait comme une piscine réfléchissante qui doublait la hauteur apparente de la statue.  

Selon l'historien romain Tite - Live , le général romain Aemilius Paullus (le vainqueur de la Macédoine) a vu la statue et « a été déplacé vers son âme, comme s'il avait vu le dieu en personne », tandis que le  grec du 1er siècle après JC l'orateur Dio Chrysostome a déclaré qu'un seul aperçu de la statue ferait oublier à un homme tous ses problèmes terrestres.  

Selon une légende, lorsqu'on a demandé à Phidias ce qui l'inspirait - s'il a gravi le mont Olympe pour voir Zeus, ou si Zeus est descendu de l'Olympe pour que Phidias puisse le voir - l'artiste a répondu qu'il dépeint Zeus selon le livre un, versets 528 -530 d' Homère de l'Iliade.

Selon l'historien romain Suétone , l'empereur romain Caligula dont je vous ai montré les vaisseaux-palais du lac de Némi ordonna que les statues des dieux qui étaient particulièrement célèbres pour leur sainteté ou leur mérite artistique, y compris celle de Jupiter à Olympie, devraient être apportées de Grèce, afin de retirer leurs têtes et mettre les siens à leur place. Avant que cela ne se produise, l'empereur a été assassiné en 41 après JC; sa mort aurait été prédite par la statue, qui « a soudain poussé un tel éclat de rire que l'échafaudage s'est effondré et les ouvriers ont pris la fuite.  

En 391 après JC, l' empereur romain chrétien Théodose Ier interdit la participation aux cultes païens et ferma les temples. Le sanctuaire d'Olympie tomba en désuétude. Les circonstances de la destruction éventuelle de la statue sont inconnues. L'historien byzantin du XIe siècle Georgios Kedrenos rapporte une tradition selon laquelle il a été emporté à Constantinople , où il a été détruit dans le grand incendie du palais de Lausus , en 475 après JC.

autre motif de voyage, le musée Pergame à Berlin

l'atelier de Phidias à Olymie, modèle au 1/50è

Les découvertes archéologiques des chercheurs allemands, dans les fameux ateliers de Phidias retrouvés sur place, aussi efficaces que leurs collègues ayant découvert Néfertiti, comprenaient des outils pour travailler l'or et l'ivoire, des copeaux d'ivoire, des pierres précieuses et des moules en terre cuite. La plupart de ces derniers ont été utilisés pour créer des plaques de verre et pour former la robe de la statue à partir de feuilles de verre, drapées et pliées de manière naturalelle, puis dorées. Une coupe portant l'inscription « ΦΕΙΔΙΟΥ ΕΙΜΙ » ou « J'appartiens à Phidias » a été trouvée sur le site.  

http://penelope.uchicago.edu/~grout/encyclopaedia_romana/greece/hetairai/pheidias.html






Mine de rien, je viens de faire voyager Zeus depuis Olympie, jusqu'à Saint Petersbourg ! La statue de Jupiter au musée de l' Ermitage est une sculpture colossale du dieu antique suprême, créée par un maître romain inconnu à la fin du 1er siècle après JC. 

C'est la vedette du musée, dans le Hall de Jupiter ! 

Trouvée à la fin du XIXe siècle dans la villa de Domitien, la statue de Jupiter a fini dans la collection du marquis Giampietro Campana . Après la ruine du marquis, la sculpture fut achetée par l'empereur Alexandre II et livrée à l'Ermitage en 1861.

Ce n'est pas la seule merveille de l'Hermitage !

il y a des mosaïques :

les trois Grâces :




des statues grecques merveilleuses


la Psyché de l'appartement des Chartrons !




et puis, des Vincent Van Gogh inattendus :



la maison blanche, la nuit

nous vivons une époque formidable

où grâce à internet on peut voyager à distance

et contempler en 3D les oeuvres, même si elles ont déménagé

super, Jupiter ! (1)


PS (1) : bien évidemment, aucune allusion au show télévisé d'hier soir : vous avez vu la rutilante verrière bleu-blanc-rouge de Daniel Buren ? le trône et le décor ? nous étions chez nous ... à Paris, merveille du monde, IL était rayonnant, jeune et sûr de lui ... et l'avenir, avec LUI, était ...

"comme une évidence" ... !




après le siècle des Lumières, après l'obscurité dans laquelle a failli nous entrainer le covid

la Lumière guide toujours notre suprême-Guide ...

("dans l'Histoire de l'Art et de la Liberté")

Jupiter reprend du service... il va poursuivre son Oeuvre-décennale...

... je suis rassuré, apaisé, comblé...

nous restons capables de réaliser 

les mêmes Merveilles du Monde 

que les anciens Grecs !

Jupiter se détend (parfois), en jouant au BabyFoot... Républicain !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire