mardi 7 décembre 2021

La mosaïque d'un navire de Caligula retrouvée à New York !


Je suis fasciné par l'usage que font les très-très riches de leur argent : cela a commencé très tôt dans l'Histoire, et Caligula est un champion en la matière ! Alors que nous abandonnons notre art industriel, notre capacité à créer des objets, y compris de luxe, même s'il nous en reste, voici que les Romains nous émerveillent par leurs créations deux mille ans après ! Autre surprise : de même que le variant Sud-Africain du covid 19 accompagne les gentils voyageurs dans les avions, leur permettant de voyager de par le monde sans compter le kérosène fossile, les voyageurs vaccinés ou pas passent leur temps à diffuser les variants de par le monde ! Les virus circulent, les objets circulent, les découvertes archéologiques circulent, quittant la plupart du temps leur lieu de découverte.

Voilà qu'une mosaïque provenant des navires de Caligula retrouvés sur le lac Némi en Italie, navires pourtant brûlés en 1944 par les Allemands, est retrouvée à New York ... où elle servait depuis quarante ans de table d'apéro chez des propriétaires eux aussi fortunés !








https://www.thehistoryblog.com/archives/date/2021/11

On sait depuis leur découverte par Mussolini que les galères du lac Nemi étaient des navires uniques, de véritables palais luxueux sur l'eau, créés pour l'empereur romain Caligula. Rien de tel n'a jamais existé dans la construction navale. Caligula visitait souvent ses navires, consacrant du temps à diverses activités pas toujours décentes. Selon certaines informations historiques, les navires de Caligula abritaient des scènes d'orgies, de meurtres, de cruauté, de musique et de compétitions sportives (chaque navire pouvait contenir plus de 200 personnes)... En 41 après JC, l'extravagant Caligula a été tué par les conspirateurs prétoriens. Peu de temps après, ses "bateaux de plaisance", lancés il y a tout juste un an, ont été dépouillés de leurs objets précieux puis délibérément inondés. Au cours des siècles suivants, ils ont été complètement oubliés. Pendant des siècles, les habitants ont parlé de navires géants reposant au fond du lac. Les pêcheurs sortaient souvent des morceaux de bois et de petits objets métalliques avec des filets. 





Ils ont été découverts pour la première fois en 1446 par le cardinal Prospero Colonna et Leon Battista Alberti. Il était impossible de les contempler à cette époque : les navires gisaient trop profondément au fond du lac Némi (18,3 mètres). Les tentatives n'ont entraîné que des dommages importants au bois. Malgré le fait qu'aucune trace écrite de ces navires n'ait survécu dans les écrits anciens, la plupart des historiens ont immédiatement attribué ces structures grandioses à l'époque de l'empereur (fou) Caligula, qui les aurait utilisés comme palais flottants. 

En 1895, Eliseo Borghi a commencé à étudier le site du naufrage et a vu que parmi l'épave il n'y avait pas un navire, mais deux. Le premier :  Prima nef et le second : Seconda nef. Terminologie simpliste ! En 1927, Benito Mussolini, qui se prend pour l'Empereur de Rome, ordonne à l'ingénieur Uchelli de sécher le lac Némi pour retrouver les navires. L'idée pourrait mal finir. Les participants sont choqués par les travaux de drainage du lac, mais découvrent les squelettes d'énormes navires, étonnamment bien conservés. Au fond, dans la boue, il existe bien deux navires : 70 et 73 mètres de long, et avec eux de nombreux objets en bronze. Les statues et décorations découvertes confirment que ces navires ont été construits spécifiquement pour l'empereur Caligula. 



nous sommes en 1932, et les touristes se précipitent


En janvier 1936, le Museo Delle Navi Romane est ouvert  pour montrer les découvertes.

cette ancre dite "de l'amirauté" n'a été officiellement inventée qu'en 1841

Les archéologues sont étonnés de la préservation. On comprend comment les grands navires ont été construits. De nombreux objets sont retrouvés et restaurés. De nombreux clous également, à l'aide desquels des éléments en bois ont été fixés, sont traités avec une solution qui les protège de la corrosion. Pour propulser chaque navire, plusieurs rangées de rames étaient prévues. Les navires étaient décorés de voiles en soie d'une riche teinte pourpre. Des écrivains romains bien connus ont indiqué que la poupe du navire était incrustée de pierres précieuses. Chaque navire avait des jardins verdoyants avec des arbres fruitiers et des raisins. 

Le premier navire mesurait 70 mètres de long et 20 mètres de large et se composait de trois sections. Large à l'arrière, il se rétrécit vers la proue. Au-dessus, il comportait deux superstructures, communiquant entre elles par des couloirs et des escaliers. Cette conception donne au navire une apparence "discontinue" et diffère de la conception des autres navires. Les navires avaient une plomberie en plomb avec eau froide et chaude, ainsi qu'un chauffage par le sol dans les locaux, pour lesquels, sous le revêtement du pont, étaient posés des tuyaux en terre cuite dans lesquels circulait de l'eau chaude . Chaque navire avait une plate-forme rotative pour les statues. Je vous les ai montrées quand nous avons cherché à comprendre comment tournait la rotonde de Néron :

 http://babone5go2.blogspot.com/2018/09/la-coenatio-rotunda-de-neron.html 

Le deuxième navire était plus grand. 73 mètres de long et 24 mètres de large. La superstructure se composait d'une section principale au milieu du navire, une structure massive à la poupe et une plus petite à la proue. Le navire avait des sols en mosaïque et des garnitures en marbre. Nous y voilà avec la mosaïque de New York !  Les deux navires ont été construits selon la méthode de Vitruve, une technique de construction utilisée par les Romains. Un tuyau de plomb trouvé sur l'une des épaves portait une inscription indiquant que le navire appartenait à Caius Caesar Augustus Germanicus (Caligula) , et de nombreuses tuiles étaient frappées avec des dates de fabrication. Suétone parle des navires créés par l'empereur romain : 

« Des pierres précieuses brillaient à l'arrière. Les navires avaient un grand nombre de bains, de galeries, ils contenaient une variété de vignes et d'arbres fruitiers. »



le musée avant_après

Nous arrivons à la Seconde Guerre mondiale, 1944, le musée contenant les navires est très probablement touché par des obus tirés par l'armée américaine. Les pièces uniques sont englouties par les flammes : tout ce qui est en bois brûle ! 

Un demi-siècle plus tard, l'intérêt pour Caligula et ses navires renait en Italie. En 2011, la police déclare que des "archéologues pirates" ont trouvé une tombe impériale près du lac Nemi et l'ont saccagée. Aujourd'hui, le lac pittoresque revit : les scientifiques utilisent des sonars pour examiner le fond et les plongeurs recherchent de nouveaux artefacts des navires impériaux de Caligula.

La fin de notre histoire se passe en 2013 à Manhattan : Dario Del Bufalo, expert en marbres anciens et auteur de plusieurs livres sur le sujet, est à Manhattan pour une séance de dédicace. Son livre sur le porphyre comprenait une vieille photographie d'une mosaïque, qui présente des carreaux circulaires inhabituels en précieux marbre rouge foncé. Il a pu authentifier le panneau comme l'une des décorations luxueuses récupérées des navires grâce à ces cercles de porphyre et une fissure qui avaient été restaurés. L'antiquaire Helen Fioratti et son mari Nereo avaient acquis la mosaïque en Italie dans les années 1960. Le courtier a affirmé qu'il avait appartenu à la noble famille Barberini, mais il n'y avait aucun document de propriété. Les Fioratti l'ont fait monter dans un cadre en marbre et l'ont placé sur un piédestal dans leur salon où il a servi de table basse et de sujet de conversation très admiré dans leur appartement de Park Avenue pendant 40 ans : la mosaïque n'était pas au musée à l'époque. Elle a du être retirée avant 1944, personne ne sait comment, et s'est retrouvée dans un magasin d'antiquités à Rome quelques décennies plus tard. Après une enquête de quatre ans, la mosaïque a été saisie par le bureau du procureur de Manhattan et renvoyée au consulat italien en octobre 2017. Elle a été exposée lors d'expositions temporaires en Italie depuis son rapatriement, mais a maintenant un domicile permanent a au Museo Navale avec les autres rares survivants. artefacts des grands palais flottants de Caligula.

Voilà une Histoire qui finit bien : les oeuvres des Musées sont théoriquement inaliénables et imprescriptibles ! ... sauf en cas de guerre, les vainqueurs volent les oeuvres, (ce qu'a fait abondamment Napoléon) et en font de l'argent ... ce qui a lieu en ce moment pour les pays d'Orient disposant de richesses antiques.

Il arrive que des privés les achètent, et qu'ainsi ils les préservent !

 


PS : pour approfondir :

Le lac Nemi était sacré pour la déesse Diane. Elle était vénérée dans un bosquet sacré sur ses pentes dès le 6ème siècle avant JC, et le temple de Diana Nemorensis a été construit sur la rive nord vers 300 avant JC À l'époque de Caligula, c'était un lieu de pèlerinage populaire. Selon le droit romain, aucun navire ne pouvait naviguer sur les eaux sacrées. Caligula s'est probablement conformé à la lettre de la loi en les gardant pour la plupart ancrés. Il a également construit des temples à bord – les deux navires avaient des plates-formes de statues rotatives qui auraient été utilisées pour des figures de culte – ce qui lui a donné une autre échappatoire à la loi interdisant la navigation sur les eaux sacrées. En tant que dévot d'Isis qui était syncrétiquement identifié avec Diana, il a probablement utilisé ses "superyachts" sur son lac sacré pour organiser des fêtes somptueuses pour des fêtes religieuses comme l' Isidis Navigium, une célébration annuelle invoquant la protection d'Isis sur les marins à l'ouverture de la saison de navigation le 5 mars. 

Bien qu'ils aient été construits selon les normes rigoureuses des navires de mer romains - leurs coques étaient recouvertes de feuilles de plomb pour empêcher les déprédations des vers de mer qui ne vivent pas dans les lacs d'eau douce et les deux navires étaient équipés de longs rames à gouverner - les barges de Caligula n'auraient pas pu faire grand-chose naviguer sur le lac même si cela n'avait pas été un sacrilège de le faire. Nemi est un petit lac à peu près circulaire formé à partir du cratère d'un volcan éteint. Sa largeur moyenne est de 1 kilomètre. Les barges mesuraient 73 x 24 mètres et 70 x 20 mètres, il n'aurait donc fallu qu'un voyage de 14 longueurs de navire pour traverser toute sa largeur. C'étaient des palais lacustres, pas un moyen de transport, et s'ils quittaient le rivage, ils étaient tout au plus ramés (dans le cas du plus petit bateau) et/ou remorqués (le plus grand n'avait aucun moyen de propulsion) vers le centre du lac. 

Suétone cite le goût opulent de Caligula pour les navires comme exemple de sa débauche dans La Vie des Douze Césars : 

"Il construisit deux navires à dix rangées d'avirons, à la manière de Liburnian, dont les poupes flamboyaient de joyaux, et dont les voiles étaient de diverses couleurs. Ils étaient équipés de vastes bains, de galeries et de salons, et pourvus d'une grande variété de vignes et d'autres arbres fruitiers. Dans ceux-ci, il naviguait le jour le long de la côte de Campanie, se régalant au milieu des danses et des concerts de musique". 

Les navires de Nemi avaient les mêmes décorations et équipements luxueux, même s'ils n'avaient nulle part où aller, comme en témoigne la mosaïque au sol qui est de la plus haute qualité en termes de matériaux et de savoir-faire. 

Aujourd'hui, le musée abrite des répliques à l'échelle 1/5e des navires, bien que l'été dernier, le maire de Nemi ait fait du bruit en demandant à l'Allemagne de financer des répliques à grande échelle à titre de réparations. Le problème avec cette notion est qu'il n'y a aucune preuve directe que les nazis ont brûlé les navires. Des avions alliés ont bombardé le musée en frappant le nid d'artillerie antiaérienne allemande qui y était délibérément installé dans l'espoir que le patrimoine archéologique inestimable servirait de bouclier. Le largage de la bombe a causé des dommages minimes à l'extérieur du musée, et quelques heures plus tard, le personnel du musée a vu des occupants nazis avec des torches se promener à l'intérieur juste avant que l'incendie ne se déclare dans la nuit du 31 mai. Les Allemands partirent cette nuit-là. Les troupes terrestres américaines sont arrivées quatre jours plus tard. 

Voici un film d'actualités silencieux mais mortel (dans le bon sens) de Pathé britannique documentant l'exposition de l'un des navires en 1930.

au cas où vous prendrait l'envie de vous re-confiner

vous pouvez regarder :


interdit aux moins de 18 ans !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire