mercredi 1 novembre 2017

Antiquaires à Toulouse

Nous revenons du Salon : second jour, nous sommes Dimanche matin, personne, le Parc des Expo est fermé....sauf tout au bout, une vigile (oui, au féminin) signale l'entrée du Hall 7, et nous fouille ! 

La dame en question devrait le faire à la sortie, au cas où la tentation nous aurait conduit à emporter (par mégarde) un objet, signe des temps, on fouille à l'entrée et on vous laisse sortir sans vous inquiéter !

on a relégué le Hall 7 tout au bout du bout du 6, mais le tapis rouge des VIP nous encourage à marcher !

entrée à 10 heures, heure d'hiver, on est quasi seuls !
Souvenir du temps où les antiquaires occupaient trois Halls, il n'y en a plus qu'un seul, le dernier relégué au fond du parc. Mais il faut dire que, venus de Bordeaux, quelques uns de Paris, Lyon, et même du Var, ils ont emmené de jolies choses !




Voyez pour votre château ces superbes terres cuites ! Pour l'extérieur, Marc Dupuy au stand 205 chez qui nous resterons longtemps présente une superbe fontaine en fonte de Moreau. Vingt-six mille Euros,  jamais on ne voit de telles choses !




je connais cette statue ! Celle-ci est de Virebent, une merveille de l'Autre-temps, un antiquaire de Bordeaux
12000€ (quand-même)
ah oui, lui, c'est au numéro 61-67, toujours rue Notre-Dame

A l'intérieur, des tableaux modernes et anciens. Ah oui, c'est un salon d'antiquités certes, mais aussi d'art contemporain qui s'il n'est pas antique, est décoratif quand-même. Je trouve mes pâtes de verre préférées. Une grosse Müller. Une belle Schneider. 


ça ressemble à un montage : une vasque destinée à être accrochée au plafond est retournée
puis vissée sur un dessous dont le chapeau a disparu, les couleurs sont différentes
-"enfin je dis ça, je dis rien" !

une lampe Verre Français complète, 7500€

Comme à Sitgès, le zèbre est à l'honneur, et je m'offre (virtuellement) le salon aux papillons pour m'entourer de beauté :






Les verreries de Viviane Morier, 56-58, rue Notre Dame à Bordeaux, sont magnifiques, notamment ce splendide luminaire des années 70, une commande spéciale de 400 plaques de cristal taillés en pointe de diamant, hauteur 2,60 m, il faut le haut plafond d'un appartement Haussmanien !




















Alors vous vous demandez si j'ai craqué ?

...presque !

Je vous ai parlé du stand 205. Encore un Bordelais, lui aussi rue Notre-Dame. Mais au 61. On dit que les Parisiens grâce au TGV à seulement deux heures de route envahissent Bordeaux et font monter les prix de l'immobilier, on les comprend, quelle belle ville, et que d'antiquaires ! Autre chose, j'ignorais le nom d'un sculpteur Belge, plus précisément Bruxellois, Pierre Braecke, connu pour son monument aux morts de Court-Saint-Etienne. C'est en Belgique.



J Petermann, une fonderie belge célèbre





















Le plus difficile, pour lui, n'est pas de vendre, mais d'acheter : les vendeurs, explique-t-il, veulent bien lui céder leurs objets médiocres, mais imaginant des sommes folles, refusent de vendre leurs belles pièces. Il a du attendre des années la mort du propriétaire pour acheter aux héritiers la fontaine de Moreau !

Il expose de belles sculptures, un Actéon, un chevalier Maure de grande taille, et...un nu de P Braecke, la signature ci-dessus !


















La voici, hauteur 79 cm, mais le bras monte à 91 cm, presque moitié grandeur nature !





pas mal, de trouver Braecke à Toulouse ?

Mais si vous cherchez de la sculpture contemporaine, il y en a, voici un florilège, dont Jean Lemonier, avec sa superbe pieuvre, et ses oiseaux à la patine sophistiquée :






N'hésitez pas à visiter, c'est ouvert jusqu'à dimanche 5 novembre !

ne me dites pas que vous manquez de billets :

je vous en offre deux !

en réalité c'est pour revenir chercher la dame de Braecke !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire