lundi 29 septembre 2014

Procrastination


La procrastination (du latin pro, qui signifie « en avant » et crastinus qui signifie « du lendemain ») est une tendance à remettre systématiquement au lendemain toute action.  Le «retardataire chronique», le procrastinateur, n’arrive pas à se «mettre au travail», surtout lorsque cela ne lui procure pas de satisfaction immédiate.

Être procrastinateur ne signifie pas ne rien faire. Au contraire, le sujet peut être pris d’une véritable frénésie d’activités (aller faire les courses, entamer un grand ménage de printemps, repeindre les volets, prendre des nouvelles de ses amis, faire de la maintenance informatique, etc.), tant que celles-ci n’ont aucun rapport avec la tâche qui pose justement problème. Il y a comme un évitement de la dite tâche,  ce qui n’empêche pas, pour combler le temps disponible, de faire tout autre chose de moins urgent.




















Les causes psychologiques de procrastination sont toujours sujettes à débats. Il y aurait une connexion avec l'anxiété et une faible estime de soi, qui implique un manque de confiance en soi, l'ennui et l'apathie, qui conduisent à la peur de l’échec.

ressortir la vieille Rolls du garage, et partir vers le Sud...!

Selon le psychologue Walter Mischel  de l'Université Stanford, qui a mené des expériences dans les années 1960, ce phénomène est principalement dû à un manque d'apprentissage de la maîtrise de soi, et de ses désirs. Selon lui, et quelques autres universitaires à sa suite, on peut apprendre cela vite et bien, surtout pour les enfants quand les parents sont partie prenante à cet apprentissage.

René Le Senne distingue, en caractérologie, le sous-type actif (qui fait ce qu'il doit faire indépendamment du plaisir qu'il y trouve).  A la limite de l’actif, existe le pro-actif, qui non seulement prend plaisir à faire, mais (pire), s’y met alors que personne ne lui a demandé. C’est un cas étrange du monde des Fonctionnaires, qui ne doivent en principe prendre des initiatives que quand le Politique dont ils relèvent (et qui tient sa légitimité du Peuple souverain), le lui demande. J’ai vu des cadres pro-actifs prendre des initiatives, et conduire des Politiques publiques en prenant cependant la précaution d’y rallier leurs Elus (pour éviter le risque d’être désavoué). Il existe également le sous-type émotif (qui agit seulement quand il est porté par l'enthousiasme). Enfin, le groupement “E nA(Émotif-non Actif) peut s’adonner, lui, (et avec une certaine jubilation), à  la procrastination. J’avoue que le monde complexe et immense de la fonction publique, constitue un terreau plein de potentiel pour favoriser cette attitude ! J’inclus la fonction publique territoriale, dont la description par les Chevaliers du Fiel, applaudie par les intéressés eux-mêmes, nous mène aux nues de l’exercice quand il s’agit de gaspiller son  temps en faisant semblant d’être occupé.
arrivé sur place faire sortir le bateau...!

L'expression est utilisée par Marcel Proust dans « À la recherche du temps perdu » :

  « Les difficultés que ma santé, mon indécision, ma "procrastination", comme disait Saint-Loup, mettaient à réaliser n'importe quoi, m'avaient fait remettre de jour en jour, de mois en mois, d'année en année, l'éclaircissement de certains soupçons comme l'accomplissement de certains désirs. »




Pourquoi réaliser par avance
une action ?
Alors qu’en retarder l’exécution
(avec le frisson délicieux
du risque d’être en retard)
rend possible l’hypothèse
qu’elle ne se fasse jamais ?
devise des conservateurs
Pourquoi faire moi-même
aujourd’hui
ce que je peux tenter de faire faire
par un autre,
demain ?
Devise du Chef corse,
(nous sommes au deuxième degré)

des tas de gens s'engouffrent dans les restaurants pour éviter de
faire la cuisine eux-mêmes !

Y a-t-il des remèdes ?
Heureusement ! La motivation est au coeur de toutes nos actions. Comprendre comment se motiver et trouver la motivation d'agir permet de préparer les succès futurs et d'éviter les échecs.

Tout cela relève d’un long apprentissage. La proscratination se soigne, notamment par la forme physique, la qualité du sommeil, la formation permanente, et l’exemple des Chefs.





Toute cette théorie est extrêmement intéressante. Je médite à la chose, m’interroge sur mes propres dispositions… sur la tentation de m’évader… de faire une cure d’internet. Il faudrait aller ailleurs… retrouver une atmosphère de vacances… couper le téléphone…

à terre on peut aussi manger du poisson de mer !



















Et si je me mettais, disons huit jours

A proctastiner méthodiquement ?


















au moment où j'écris ces lignes, il existe des pays où il fait encore chaud,
la mer est à 24°, et on se baigne comme ça, en rentrant dans l'eau !




















un feu d'artifice... pour notre arrivée !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire