mercredi 24 septembre 2014

JDC


Je reviens de la Journée Défense Citoyenneté. JDC. Ici, on parle par sigles ! J’ai passé l’âge, je suis du côté des organisateurs ! Je salue le colonel DMD (délégué militaire départemental) et le Président des Médaillés militaires. Je salue le colonel des Gendarmes (c’est le numéro trois de la Gendarmerie de Toulouse). 


Je salue les instructeurs, bardés d’armes légères (tazer) et lourdes (pistolet, mais le chargeur a été ôté). Je salue les élèves. Ambiance sympa, les gendarmes sont majoritaires, expliquent comment on appréhende un (présumé) malfaiteur. Comment on sauve des skieurs (égarés). Les filles enfilent des gilets pare-balles et des casques. Les garçons escaladent. Ambiance sympa, citoyenne, le mot est lâché :





Je cite les textes officiels : « Les pouvoirs publics et les forces armées agissent chaque jour pour que la liberté puisse exister, sur notre territoire, mais également en Europe et sur d'autres continents.

La JDC est une journée qui permet de rappeler à chacun que cette liberté a un prix. C'est aussi une occasion unique de contact direct avec la communauté militaire, et de découverte des multiples métiers et spécialités, civiles et militaires qu'offre aujourd'hui aux jeunes, la Défense.


Opportunités professionnelles mais également opportunité d'aide spécifique pour les jeunes en difficulté, qui pourront - s'ils le souhaitent - obtenir lors de cette journée des conseils d'orientation vers des structures d'aide adaptée ».

Le programme de la journée comprend :

Un petit-déjeuner d'accueil, (le petit-déjeuner d'accueil qui se nomme ailleurs : collation est un énorme outil de convivialité pédagogique) des modules d'informations sur les responsabilités du citoyen et les enjeux de la défense, des tests de connaissance de la langue française établis par l'éducation nationale, un repas le midi (le repas de midi qui se fait pendant la pause méridienne est un énorme outil de convivialité pédagogique et d'apprentissage de la nutrition), une initiation aux gestes de premiers secours. On offre une calculette !


être derrière le radar et lire la vitesse...!

En fin de journée, un certificat de participation est remis. Il est obligatoire pour l'inscription aux examens et concours soumis au contrôle de l'autorité publique.

Moi j’observe avec intérêt le radar embarqué, qui sert localement aux contrôles de vitesse. Les gendarmes m’expliquent la marge qu’ils utilisent, pour ne notifier l’amende à Rennes que quand la vitesse a été dépassée de plusieurs Kilomètres à l’heure. Une fois notifiée à Rennes (à la vitesse de la lumière) elle arrive chez le contrevenant (avec la vitesse de la foudre) :  Ouf !


La difficulté, c’est quand on ne sait quelle est la vitesse réglementée, notamment les 50 ou 70 en ville. Ou les 110 quand l’autoroute est restreinte en-dessous des 130 maximum. Les gendarmes admettent que rouler réglementairement n'est pas toujours aisé. 

Je suis rassuré, les gendarmes sont jeunes, et ne verbalisent qu’à coup sûr

Roulons tranquilles, avec modération


(comme on dit à la télé s’agissant de boire un verre de vin) !

merci de m'avoir autorisé à photographier !

une Marine certifiée...!

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire