mardi 10 septembre 2013

Encore un Van Gogh


Vous vous souvenez de la célèbre histoire : « prenez garde à la peinture ? ». Elle se passe en Arles, un habitant possède une vieille maison bourgeoise, avec un grenier. La pluie s’infiltre par une lucarne. Il trouve un carton qui traine, et le glisse dans la vitre pour la rendre étanche.
là-bas, ils le nomment : sunset at Montmajour !

Un jour un neveu se ballade dans la maison, tire sur le carton, découvre une peinture…qui s’avère être un Van Gogh : ce dernier faisait cadeau de ses œuvres en échange de menus services, dont ses consultations chez le docteur Paul Gachet, et la toile s’était égarée. « Prenez garde à la peinture » ! vous pouvez toujours rêver de trouver …un chef d’œuvre ! En 1932 un film d’Henri Chomette avec Jean Aquistapace, et Milly Mathis reprend le thème : au temps où il était encore un peintre inconnu, Mavrier avait donné quelques unes de ses toiles en remerciement au docteur Gadarin qui ne s'en est jamais soucié et le déplore maintenant amèrement car les marchands de tableaux défilent chez lui. Heureusement la bonne les avait amoureusement gardées… !

L’histoire est un éternel recommencement ! Voici un extrait du Monde d’hier 9 septembre : oui nous sommes en 2013 !

Un tableau inconnu de Van Gogh dormait dans un grenier

                "Coucher de soleil à Montmajour", de Van Gogh (1888). | REUTERS/HANDOUT

Persuadé qu'il s'agissait d'un faux, un collectionneur particulier a entreposé dans son grenier un tableau de Van Gogh. Le tableau, dévoilé lundi 9 septembre au Musée Van-Gogh à Amsterdam, a finalement été authentifié par une équipe de scientifiques et d'experts. Intitulé Coucher de soleil à Montmajour, il s'agit d'une huile datée de 1888, peinte à l'apogée de la période du maître néerlandais.


même endroit proche des ruines : un paysage de garrigue

Elle représente un paysage de chênaie dans les environs d'Arles. Je me suis souvent baladé à pied dans le secteur, à la recherche de satyridae pendant l’été, et ce genre de bois de chênes est typique du coin. Le propriétaire de Montmajour était le Comte de Sambucy de Sorgues, avec qui nous avons fait un mémorable voyage d’études en Tunisie, car il était l’une des personnalités des Associations d’Hydraulique du Pays d’Arles. Il y a les mêmes chênes aux Baux de Provence, près des mines de bauxite, même si l’arbre typique du coin est bien sûr le pin, et surtout l’olivier. Et van Gogh a peint à la plume et l’encre de chine des tas de vues du même site. J'ai raconté une partie de mes découvertes dans http://mesamispapillons.blogspot.fr/2011/03/satyres.html. Cette découverte est "un événement unique dans l'histoire du Musée Van-Gogh", s'est félicité le directeur de l'établissement, Axel Rüger, à gauche sur la photo (à droite c'est le Chef de la sécu).

même endroit : oliviers à droite, chênes à gauche

Des scientifiques et spécialistes de Van Gogh ont authentifié la toile en la comparant aux techniques habituelles du peintre, et grâce à une lettre à son frère Théo datant du 4 juillet 1888 dans laquelle il décrit le tableau.

Le tableau avait été vendu en 1901 à un marchand d'art français. La toile avait ensuite disparu, avant de ressurgir en possession de l'industriel norvégien Christian Nicolai Mustad, qui l'aurait acquise en 1908, selon sa famille. Après qu'un ambassadeur français lui eut assuré qu'il s'agissait d'un faux, (un ambassadeur ferait mieux de s’occuper de son ambassade…) Christian Nicolai Mustad, honteux, avait relégué la toile au grenier. A la mort de l'industriel, le tableau avait été vendu à un collectionneur pensant acquérir l'œuvre d'un peintre allemand. 
 

toujours le même coin, rochers, thym, et petits résineux...et quel trait de plume !

Pourtant, le tableau a bien été peint par le maître néerlandais. Selon M. Rüger,"tout indique que cette toile a été effectivement peinte par Van Gogh", alors au sommet de son art, qui vient d'achever La Chambre à coucher et les Tournesols, aujourd'hui célébrissimes.

Le musée a refusé de révéler l'identité de l'heureux propriétaire du chef-d'œuvre. "Malheureusement, nous ne pouvons pas trop en dire sur ce collectionneur, car nous devons protéger sa vie privée, a expliqué le directeur de l'établissement. Je peux simplement vous dire que la toile a pris la poussière dans son grenier pendant des années."

Le Musée Van-Gogh d'Amsterdam, qui abrite la plus grande collection de Van Gogh au monde, avec cent quarante toiles, l'exposera pendant un an, à partir du 24 septembre.

où aller : en Arles ?

ou Amsterdam ?

les deux !

voici donc la merveille, les ruines au fond à gauche ; de petites mares en premier plan : un coin à papillons !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire