jeudi 16 mars 2017

J’ai rencontré la dame blanche

le livre des Dames Blanches FNAC des Halles
C’est une histoire compliquée, l’histoire d’une (folle) journée parisienne. Grosso modo si  je résume : la Dame en noir, est auteure (c’est comme cela que l’on écrit au féminin désormais, il va falloir vous habituer) des Dames blanches. Précisément, le titre : « le livre des Dames blanches ». C’est un livre classée au rayon ésotérique de la FNAC. Bon. L’auteure est sa propre éditrice (toujours au féminin). Elle est donc (doublement) motivée par la promotion de son bouquin qui vient de sortir dans les plus grandes librairies, j’apprends à ce propos que la FNAC du Forum des Halles est la plus grande librairie d’Europe. Nous nous y rendons. Que fais-je dans cette galère allez-vous me dire ? Des photos. N’oublions pas que je suis auteur (au masculin), et donc que j’ai une éditrice. Coïncidence il s’agit de la même Dame en Noir qui écrit sur les Dames en blanc. Au début je m’y perdais mais depuis j’ai très bien tout re-situé, surtout depuis que je sais que Mélusine (que j’ai étroitement fréquentée en Bretagne dans la forêt de Brocéliande) est la première des Dames blanches.

sur facebook, et dans toutes les librairies
Donc nous entreprenons un périple qui va nous conduire à Blagnac Airport par ce que les Toulousains appellent  la navette, dans ce cas il s’agit de Easyjet. Puis à Orly. Puis re-navette (il s’agit d’Orlyrail) qui pour le modeste prix tout compris de 12,5€ (vous allez voir) va à Antony (les Parisiens ont planté des bouquets de jonquilles dans le talus du RER c’est poétique comme tout). A Antony on change pour prendre le RER-B (c’est mieux que le A). Il nous mène au Forum des Halles. C’est comme cela que nous avons rendez-vous avec Bernard, libraire depuis 25 ans, qui dirige le rayon Sciences Humaines (inclus ésotérique) de la plus grande librairie d’Europe. Il est féru de sciences paranormales, et nous parlons du Matin des Magiciens de Pauwels et Bergier qui m’a fasciné tout jeune et me fascine toujours, surtout depuis que je côtoie Pythagore bien entendu. Comme il me voit un peu pantois devant la connivence qu’il établit avec la Dame en Blanc (il la connaissait de réputation), il me conseille un bouquin pour parfaire des connaissances à vrai dire distendues sur le sujet. Un personnage étonnant.

les Dames Blanches
référencées avec les plus grands auteurs




















Ca c’est le premier rendez-vous. Re-métro (tout ça avec le billet du départ, pas besoin de racheter de ticket de métro). Et sortie à Franklin Roosevelt, débouché sur les Champs Elyssées, la classe. Direction avenue Montaigne, passage devant Artcurial (salut à l’honorable maison) et direction RTL.

Car c’est le rendez-vous principal. Pas très tôt : Dix-huit heures trente, aucune complaisance avec les provinciaux. L’escalier d’honneur est impressionnant, le hall d'accueil aussi avec les grandes photos de Fogiel ; Bouvard ; Ruquier. Très impressionnant quand on nous appelle : la Dame en Noir présente son livre devant un panel célèbre : le producteur est Girald Chaland, entouré de Thomas Hugues, et Sidonie Bonnec, tous souriants, je dirais bienveillants, un grand soulagement pour les interviewés qui du coup restent naturels. Derrière eux une équipe de spécialistes veille à la qualité de l’enregistrement. L’ambiance est très sympa. –« on vous fera savoir quand la diffusion aura lieu sur RTL » !


J’observe derrière la vitre étanche aux bruits la conversation, et en apprends de belles sur les auto-stoppeuses en blanc qui cherchent à monter dans votre voiture. Sur les dames qui apparaissent à des gendarmes du GIGN (on ne peut les soupçonner d’affabuler) qui se trouvent face à face avec la fameuse Dame, et témoignent avec précision de leur rencontre. …




…l’heure tourne…. Il est dix neuf heures dix. La Dame en Noir a affrété un taxi, qui nous attend depuis trois minutes, après la séance. Traversée de Paris de nuit, sublimes visions nocturnes, Tour Eiffel, j’ai droit à un retour Royal de Luxe.




 L’avion d’Air France (encore mieux qu'Easyjet de l'aller : une hôtesse m'offre un vrai jus de tomate avec une madeleine de Proust) décolle en avance, car il a fait le plein de passagers, vol de nuit au-dessus de la Capitale ; vol de nuit au-dessus de Toulouse, atterrissage parfait, retour au P-3 parfait…on se sent un peu fatigué et gourd après être descendu du ciel !




J’ai réglé le GPS pour me diriger sans encombre vers mon IBIS

Vous savez qui m’attend pour m’ouvrir la porte ?

Un grand Monsieur très sympa…

tout noir !


J’en aurai vu décidément aujourd'hui de toutes les couleurs !


 sur facebook !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire