lundi 20 mars 2017

19 mars et l’humour de Dieu

le Maitre de cérémonies prend le programme en mains
Grand rassemblement commémoratif ce dimanche matin 19 mars : vous savez j’espère de quoi il s’agit ? le cessez le feu en Algérie ! 1962, le retour des rapatriés, valise à la main, virés de ...chez eux ! La colonisation était loin d’être un crime, contrairement à ce qu’en dit de manière excessive le jeune Emmanuel M. : même Mohamed Fellag « humoriste algérien » en sourit : il parle d’une indépendance ratée, et d’une colonisation interrompue. En tout cas, nos rapatriés à nous, ils sont là, nous avions promis un an auparavant de créer un monument digne d’eux et de leur souvenir, nous avons tenu parole.

C’est drôle la réalité d’une France dont on ne parle pas, alors qu’elle est majoritaire sur le terrain. Nous sommes Dimanche, et la messe dominicale a lieu à 10 heures et demie. Pas question de troubler cette messe par une commémoration patriotique :  il y a là facilement 150 personnes, je compte une vingtaine de drapeaux dont six de la FNACA représentant les anciens rapatriés, venus commémorer l’évènement depuis tout le Sud de la Haute-Garonne. Nous avons pu avoir une messe spéciale, à 9 heures, et l'église est pleine. Les ordres sont donnés par notre Maître de cérémonies, personne ne songerait à contester quoi que ce soit ! Un à un seront appelés les morts en Algérie, de tous les cantons environnants, devant le monument aux morts de la guerre de 14, suivant un protocole longuement répété.

à l'élévation, les drapeaux s'inclinent

L’organiste accompagne l’office sur l’orgue de Cavalier Coll. Les drapeaux dans le chœur s’inclinent à l’élévation en signe de respect. Un étrange code intime lie tout un chacun dans des racines chrétiennes communes. Signe des temps, le prêtre est noir, et évoque le dialogue de la Samaritaine avec le Christ, quand le Prophète demande à la femme de lui faire boire l’eau du puits, et lui promet d’étancher sa soif pour l’éternité.

Je me risque à quelques photos, tellement l’évènement (en pleines présidentielles) me parait décalé : manifestement Dieu (chez qui nous sommes), s’amuse ce dimanche matin à nous regarder, officiels et simples participants, lui rendre un hommage appuyé : la majorité croit (en lui) et a la foi. C'est une vraie messe avec communion, les communiants sont nombreux ! Le moment est réellement émouvant.


L’an passé, nous avions, nous la Municipalité,  promis une stèle sur l’emplacement de l’ancienne place du 19 mars 162, à vrai dire deux moches places de parking sur un mur moche, à l’entrée d’un parking moche.



drôle après les évènements d'Orly de se retrouver au milieu du piquet d'honneur !



Promesse tenue, tout le monde s’en étonne tout en se persuadant que nous allions la tenir, la promesse, car dans la France d'en bas, les élus tiennent leurs promesses : un morceau imposant de marbre de Saint-Béat symbolise les racines que nos rapatriés ont ici, dans leur territoire. Accolé à une aile de la paix, en acier corten, garanti ne plus jamais rouiller pour toute l’éternité.

On a fêté la fragilité de la Paix ce matin

(sous l'oeil ironique de Dieu)

Le Seigneur nous regardait et souriait de notre sérieux

en se moquant (gentiment) de nous

Mais on l’a fait exprès

On n’est pas si bêtes qu’on croit, ici, pas loin des Pyrénées :

on n’a pas peur de l’humour...

...de Dieu



il faut reconnaitre qu'IL

nous avait accordé un soleil printanier extra !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire