jeudi 3 décembre 2015

Montsechia dans les Pyrénées

un nénuphar dans le désert !

en Catalogne !


Depuis que je suis devenu Catalan, je ne m’étonne plus des merveilles de mon nouveau Pays ! Vous croyez par exemple que la Catalogne se réduit à la Costa Brava, à Barcelone, et à Port Aventura par exemple : faux : il y a tout l’arrière-pays, limité par l’Andorre, il y a des sierras, des volcans, des gypaètes, des vautours. 

Il y a Lleida où nous avons déjà séjourné, pas si loin il y a Solsona avec les fabricants de couteaux Pallarès, et ses géants…


Prenez la Sierra de Montsech

Pas besoin d’être bilingue pour traduire un : mont sec ! Il y a déjà cent ans (on avait oublié) les chercheurs de Lyon se promenant dans la Sierra découvrent un fossile. Localement abondant ; Ils ne se foulent pas : ils le nomment : Montsechia. Plus précisément, dans des roches calcaires d’âge Barrémien (130 millions d'années), représentant des sédiments d’anciens lacs d’eau douce, dans deux localités bien connues, El Montsec dans les Pyrénées et Las Hoyas dans la Chaine Ibérique. L’âge très ancien de Montsechia a été déterminé par une analyse biostratigraphique (charophytes corrélées avec foraminifères et ammonites), et démontre que Montsechia est l’une des toutes premières plantes à fleurs connues.
Coll d'Ares, 1586m
Montsechia est sans équivoque une angiosperme, ayant une enveloppe protectrice fermée et d’origine foliaire, le carpelle ne s’ouvre jamais pour libérer la graine. Le fruit contient une graine unique qui est portée inversée avec le micropyle pointant vers la zone d’attachement et avec le funicule courant ventralement à partir du placenta situé tout en bas, le hile étant situé presque tout en haut. Cette même anatomie est trouvée chez Ceratophyllum, une angiosperme aquatique vivant de nos jours.  Les "fleurs” qui se développaient sous l’eau n’ont pas de pièces florales typiques telles que pétales ou glandes excrétant du nectar pour attirer les insectes pollinisateurs.




Dommage, pas d’ADN utilisable, on ne risque pas de faire germer les graines, devenues pierres calcaires.

Une fois de plus, est confirmée la thèse suivant laquelle la vie a commencé dans l’eau.

130 millions d’années plus tard,

c’est toujours dans l’eau

que baignent nos bébés avant la naissance.



la baleine bleue grandeur nature de Pierre Douay


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire