lundi 21 décembre 2015

Era pastorala de Nadau (2)

Voici la jolie histoire de Nadau, une histoire vraie du pays de Comminges, 

en véritable patois occitan

salle super pleine au Parc deras exposicions

Ua pastorala de Nadau, eth parat, en aqueth moment de gràcia, d’arretrobar era sua arma de mainatge, en tot pensar a toti’ths qu’an viscut sus aqueth petit troç de povàs d’estela, e que cantavan, en lengua nostra, era esperança d’un navèth mon…

Joan de Nadau
Une pastorale de Noël, l’occasion, en ce moment de grâce, de retrouver une âme d’enfant, en pensant à tous ceux qui ont vécu sur ce petit bout de poussière d’étoile, et qui chantaient, dans la langue nôtre, l’espérance d’un monde nouveau.



Aquera istoèra que’s passèc, bèth temps a, en aqueth petit pais noste, eth Comenge. Qu’èra ath mes de deceme, eth ivèrn que torrava tota era campanha.
En villatge de Guaus, ath dessùs de Banhèras, ena aubèrja de Justau, qu’avian alugat eth huec. Que hadia antant de calor Iaguens com de hred per dehora.
E qu’avia nhevat. Ua nhèu ! Ua nhèu qui mos avia portant un gran silenci per tota era campanha.

Cette histoire se passa, il y a longtemps, dans notre petit pays de Comminges. C’était au mois de décembre, l’hiver gelait dans toute la campagne.
Dans le village de Gouaux, au-dessus de Luchon, à l’auberge de Justau, on avait allumé le feu. Il faisait aussi chaud dedans qu’il faisait froid dehors.
Et il avait neigé. Une neige ! Une neige qui nous avait porté un grand silence par toute la campagne.


E coneguetz eth camin de Banhèras tà Sent Gandenç ? Que i a u atropa de vilatges : Mostajon, Antinhac, Cadau, Gaud, Sièrp, Estenos, Saleishan, Siradan, Bertren, Loras, Era Broquèra, Nazaret…Si !
Tè, justament, a perpaus de Nazarèt. Eth hustèr d’aqueth vilatge s’aperava Jusèp, e era sua hemna Maria.
Aqueth dia, que caminavan de cap tà Sent Gaudenç, tath recensament ara Sos-prefectura.
Que marchavan tot doçaments, permors de Maria, qu’èra prèsta a amainadar. Qu’arribèren a Valentina, qu’ac saben eth monde, Valentina, d’aqueth temps, que s’aperava Betleèm.
E donc un cop a Betleèm, que cerquèren un endret tà passar era net. Ma hilh ! Totas eras aubèrjas qu’èran plias. Urosaments que’s trobèren un lhet de palha, en un petit estable, entre’ra Garona e eth Cadira.
Pendent aqueth temps, en ço de Justau, a Guaus, qu’èran toti a parlar d’aqueth brut que corria pera valea de dempùs quauqui dias.
Qu’i devià néisher un mainat, un sauvador, ath moment de Nadau. Eras cançons qu’èran dejà prèstas tà saludar aquera grana novèla.


Vous connaissez le chemin, de Luchon à Saint-Gaudens ? Il y a un paquet de villages : Moustajon, Antignac, Cazaux, Layrisse, Gaud, Cierp, Estenos, Salechan, Siradan, Bertren, Loures, Labroquère, Nazareth… Si ! Tiens, justement, à propos de Nazareth ! Le menuisier de ce village s’appelait Joseph, et sa femme Marie. Ce jour là, ils cheminaient vers Saint-Gaudens, pour le recensement à la sous-préfecture. Ils marchaient tout doucement, à cause de Marie, qui était prête à accoucher. Ils arrivèrent à Valentine, mais tout le monde le sait, Valentine en ce temps-là s’appelait Bethléem.
Et donc, arrivés à Bethléem, ils cherchèrent un endroit pour passer la nuit. Malheur ! Toutes les auberges étaient pleines. Heureusement, ils se trouvèrent un  lit de paille dans une petite étable, entre Garonne et Cagire.
Pendant ce temps, chez Justau, à Gouaux, tout le monde parlait de ce bruit qui courait dans la vallée depuis quelques jours : un enfant devait naître, un sauveur, au moment de Noël ? les chansons étaient déjà prêtes à saluer cette grande nouvelle.


Tot d’un cop, de cap tà miejanet, ua grana luz que trauquèc eth cèu, capsùs eras planas e’ras montanhas. Eras campanas de toti’ths vilatges se botèren a sonar en madeish temps.
Era bèstias, desvrelhadas, qu’èran inquiètas. Eths cans que lairavan, eras que bramavan peras bordas, eras garias que’s pressavan ath entorn deth poth.


Tout d’un coup, vers minuit, une grande lumière traversa le ciel, par-dessus les vallées et les montagnes. Les cloches de tous les villages se mirent à sonner en même temps ; Les bêtes, réveillées, étaient inquiètes. Les chiens aboyaient. Les vaches beuglaient dans les granges, les poules se pressaient auprès du coq.


Eth anges qu’annonçavan pertot era grana novèla. Pertot qu’anavan desvrelhar eths goelhèrs, e non ei bric aisit de desvrelhar un goelhèr a miejanet, b’ac podetz creir, subertot a Guaus.
E de demès, aqueths anges que parlavan ua lenga estranja, eth francès, dab mots que eths goelhèrs, n’avian cap james entenut. Qu’èra de maishant compréner.
Les anges annonçaient partout la grande nouvelle. Partout ils allaient réveiller les bergers, et ce n’est pas facile de réveiller un berger à minuit, vous pouvez le croire, surtout à Gouaux
Et en plus, les anges parlaient une langue étrange, le français, avec des mots que les bergers n’avaient jamais entendus. C’était très difficile à comprendre.


Que’ calia lhevar, e partir ath mès viste tà visitar aqueth mainatge.
Il fallait se lever, et partir au plus vite pour rendre visite à cet enfant.


Pertot, pertot, un gran calhavari ! Campanas, tringolas, trucs, esquèras, era cançon deths omes e deras bèstias. Pertot, pertot eth monde que’s hicavan en camin. E perqué, donc ? Permors qu’ei neishut un sauvador ? Té ! E qui ei era mair ? E sa pair ? D’a on ei ? Que hé ? Qu’ei eth hustèr de Nazaret ? Té !


Partout, partout, un grand charivari ! Cloches, sonnailles, la chanson des hommes et des bêtes. Partout, partout, des gens se mettaient en chemin. Et pourquoi donc ? Parce qu’un sauveur est né ? Tiens ! Et qui est la mère ? Et son père ? D’où est-il ? C’est le menuisier de Nazareth ? Tiens !


Eths goelhèrs n’éran pas toti soli : Toti’ths mestieraus, eths vailets, eths arreis, e monde de tota condicion que s’aprestavan, en tot préner eths presents. Que volian toti arribar a Betleèm dab eths braces cargats, e possar era porta deth estable dab eth pè.
Un monde hol, davant aqueth estable. Jusèp n’éra pas trop content, permors que hèvan tapage.
Et il n’y avait pas que les bergers : tous les artisans, les domestiques, les rois, des gens de toutes conditions se préparaient, en prenant des cadeaux. Ils voulaient tous arriver à Bethléem les bras chargés, et pousser la porte de l’étable avec le pied.
Un monde fou, devant cette étable, Joseph n’était pas trop content, car ils faisaient du tapage.


Eths uns qu’èran en camin, eths autes qu’èran arribats. Non deishavan cap de cantar e dançar. Jusèp qu’èra de mès en mès enmaliciat.
E vos anatz carar, un shinhau ? Ne voletz tisana de lenha ?


Les uns étaient en chemin, les autres étaient arrivés ; Ils n’arrêtaient pas de chanter et de danser ; Joseph était de plus en plus en colère.
Vous allez vous taire, un peu ? Vous en voulez de la tisane à coup de bâton ?


Davant deth estable, qu’èran toti a charrar. Eth Baptista dera mola que sabia era soca deras causas. Les condava ce que s’anava passar, ena vita d’aqueste mainatge : E qu’anava hèr aço, e qu’anava hè aquerao, e hèr miracles e miragles, e t’ac sabi encara ! Eths autis qu’au hadian carar. Qu’au didian que n’èra cap eth moment, e qu’au calia deishar dromir.


Devant l’étable, ils discutaient tous. Baptiste du Moulin connaissait le secret des choses. Il leur racontait ce qui allait se passer, dans la vie de cet enfant. Et qu’il allait faire ceci, et qu’il allait faire cela, et faire des miracles, et que sais-je encore ? Les autres le faisaient taire, ils lui disaient que ce n’était pas le moment ; et qu’il fallait le laisser dormir.


Eras rosas, eras violetas, eras flors amagadas, devath era nhèu qu’escotavan era musica d’aqueth gran calhavari.
Les roses, les violettes, toutes les fleurs cachées sous la neige écoutaient la musique de ce grand charivari.


Ath cap d’un moment totun, qu’esteren toti fatigats e que s’i hec un gran silenci ; Que lhevèren eth cap. Eth Bon Dieu qu’avia alugat eth lugran. Tot qu’éra patz.
Au bout d’un moment quand-même, ils furent tous fatigués, et il se fit un grand silence ; Ils levèrent la tête. Le bon Dieu avait allumé les étoiles. Tout était en paix


Alavetz, ath devant de tornar-se’n tà casa, toti que cantèren ua darrèra cançon tà Maria, entà arremerciar-la en nom deth mon sancer d’aver-les tornat era esperança…
Alors, avant de repartir, tous chantèrent une dernière chanson à Marie, pour la remercier au nom du monde entier, de leur avoir rendu l’espérance.


E tric, e tric, eth conde qu’ei fenit
E tric, e trac, eth conde qu’ei acabat.


E tric e trac, l’histoire est finie



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire