vendredi 7 novembre 2014

On a baptisé l’Esplanade…


…de la Légion d’Honneur !

sous la pluie !

Peut-on encore réunir des Personnalités pour inaugurer une place ? OUI ! Peut-on encore commémorer des valeurs, Honneur, Patrie, liberté, égalité, fraternité ? OUI ! Peut-on rassembler les bonnes volontés, pour créer des projets communs ? OUI ! Peut-on mettre en avant notre Histoire, notre géographie, nos anciens, nos succès, pour être fiers de qui nous sommes ? OUI ! Des leaders engagés, Ministre, Général d’Armée, Préfet de Région, Grands Elus, peuvent-ils mobiliser les énergies, pour rappeler les symboles républicains, et entraîner les volontaires avec eux ? OUI !

Le Grand Chancelier avec le Député-Maire d'Encausse

Grand Chancelier au centre, nous attendons le Ministre
il arrive !























Derrière le rituel, c’est de tout cela qu’il était question, ce matin : les drapeaux, portés par les braves. Une Section de militaires, de Tarbes. Garde drapeau. Musique des parachutistes de Toulouse. Autorités, Madame la Procureure de la République. Monsieur le Sous-Préfet. Les membres de la Légion d’Honneur portent leur médaille pendante. Les enfants du primaire sont là, l’un va tenir le coussin et le ciseau ; deux autres tiennent le ruban tricolore, ils sont fiers du rôle que leur ¨Principal leur a confié. Quand il faut porter les gerbes du Maire ; du Général d’armée, Grand Chancelier de la Légion d’Honneur venu ce matin par avion ; enfin du Secrétaire d’Etat aux Anciens combattants et à la Mémoire, on a choisi trois binômes fille-garçon du Collège Leclerc. Les ados sont fiers d’encadrer le Ministre devant le Monument aux morts. La principale du Collège est fière de ses élèves : elle utilise à leur endroit un langage de « colonel-mère-du-régiment » qui montre son engagement envers les gosses qui lui sont confiés. On a présenté la Légion d’Honneur aux délégués des 24 classes la semaine dernière, les élèves étaient très réactifs, les prof d’Histoire intéressées, une heure de cours très excitante !


La musique (37 musiciens), arrive en autobus. Il a failli coincer dans un virage du centre ville ! Les militaires sont en civil, il a fallu réserver la salle du Conseil pour les faire s’habiller, les uniformes dans un « boxer » qui suit le car. Une militaire a nécessité un bureau particulier, pas question de mélanger les sexes ! Comme il pleut (pas de chance entre hier ensoleillé et demain de même), ils ont revêtu l’imperméable assorti. Trente-sept musiciens, ça vous envoie « la Madelon » on a la chair de poule ! On a prévu de les faire manger au mess de la Gendarmerie mobile, car ensuite ils repartent pour une seconde cérémonie. Le Préfet de Région en grand uniforme (puisqu’il a accompagné le Ministre) a revêtu sa cape de cérémonie, il a grande allure !



Les gerbes déposées, le carillon du beffroi sonne à la volée. Cortège vers la Halle aux Grains : on prononcera les discours à l’abri, il suffira plus tard de faire un demi-tour (tout le monde se plie au rituel militaire) pour déjeuner de « l’apéritif amélioré ». Ca fait des mois qu’on prépare tout ça. On a tout prévu, des parkings réservés ; des plantes en pot pour la déco ; un drap pour dévoiler la plaque ; des chaises pour les anciens ; des porte-vêtements pour les imper mouillés. Du rab si les militaires présents avaient trop faim…




Je croise les uns, je parle aux autres.

Le début était programmé pour 11 heures. ..à la seconde, on ne barguigne pas avec le protocole !

A midi, nous étions à l’abri

A treize heures, c’était fini

Deux heures de vraie fraternité républicaine

de temps à autre, ça fait du bien…


…c’est aussi bien qu’un câlin !


PS : le sujet a évolué depuis juin  :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire