mercredi 19 novembre 2014

momijigari !

Les trois érables

momijigari à St Gau !

Pas besoin de se rendre au Japon : nos érables illuminent l’automne de leurs couleurs rousses ! Il suffit de prendre le parcours de santé, et de regarder à contre-jour : on ne voit rien dans l’appareil photo, il faut tenter de se cacher du soleil. Et c’est l’illumination !

Feuilles opposées, pétiolées et palmatilobées, simples pour la majorité des espèces, composées chez Acer griseum et Acer negundo. J’avoue ne pas avoir le courage d’identifier nos trois inséparables acer. Sauf si ce sont des érables planes, mais l’écorce ne correspond pas !


Le terme latin acer ne s'est pas imposé dans le bas latin de Gaule, comme c'est souvent le cas pour les noms d'arbres (cf. if, chêne, etc.), contrairement à l'italien acero ou à l'espagnol arce.

Le français a un terme hybride acerabulus, dont la forme d'oïl est attestée dans le Roman de la Rose: arable. Le premier élément s'analyse bien comme le terme latin acer, mais le second -abulus est probablement celtique  qui le font venir du gaulois abalo-, aballo-, pomme.


Le latin acer est un proche parent d'acus, aiguille, d' acutus, aigu, mots latins basés sur la racine indo-européenne ak que l'on retrouve aussi dans l'allemand Ahorn, érable.

Nos trois érables  ont quelle hauteur : 30 ;  40 m ? Leurs feuilles sont opposées avec une nervuration palmée avec 3 à 9 nervures dont  la  principale au milieu.

Vous savez que le fruit de l'érable, appelé samare, est jumelé en disamare, en forme d'hélice. La graine peut ainsi, grâce au vent, être transportée sur des distances considérables. Elle parvient à maturité sur l'arbre de quelques semaines à six mois selon l'espèce et est dispersée peu de temps après. La plupart des espèces ont besoin de la stratification pour germer. La graine peut rester dormante plusieurs années avant de germer.


L'érable, comme le frêne, possède une stratégie de croissance et de captation de la lumière typique d’une essence de trouée, qui le rend également apte aux systèmes bocagers. Plus la lumière est disponible, plus il croît vite et de manière importante. Vous voyez que nos trois amis sont en plein soleil, d’où leur belle taille.

Au Japon, on apprécie particulièrement l'érable (du Japon) et, chaque automne, les Japonais vont admirer leurs couleurs flamboyantes pendant la période qu'ils appellent « momijigari » (c’est-à-dire « admirer les érables »).





Je vous propose de fêter


 momijigari à St-Gau !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire