samedi 4 juin 2022

Retour à Montferri (14)


comme à la Sagrada Familia, il y a la 1ère flèche et la croix du Christ, mais aussi la 2è, celle de la mare de Deu, au-dessus de la crypte de la Vierge noire


Je lis le livre, donc écrit en Catalan, j’y parviens mieux que je craignais ! Je découvre tout ce que je n’avais pas su trouver seul sur place : exemple : récemment les constructeurs ont couronné la tour de la Vierge, à Barcelone, de l’étoile lumineuse qui signale la Reine du Ciel. (1) Ici le sanctuaire étant dédié à la Mare de Deu, elle a sa propre chapelle, rehaussée par sa propre flèche. On dit dans le texte : "l'agull del cambril de la Mare de Deu". Mais comme elle est dans l’axe de l’édifice, elle est cachée par la flèche principale du Christ !

indispensable de revenir sur place !

Il faut descendre de la terrasse, rejoindre l’altitude des vignes, et emprunter l’argile rouge collante après la pluie de la veille qui a fait quasiment disparaitre la plage devant nos fameux balcons. J’accumule vite 3 cm de terre rouge sous les chaussures, qu’il faudra décrasser sur les pierres, puis les herbes alentour avant de remonter en voiture pour ne pas souiller le tapis sous les pédales ! Là je découvre la fameuse tour, sa flèche en fer montrant la couronne de la Reine du Ciel, et une grande lettre en fer, un R forcément, comme Regina. La salle qui se termine par le balcon donnant sur les vignes est en réalité en surplomb, exigeant de grands arcs caténaires pour la soutenir : le sanctuaire avance ainsi perché au-dessus du sommet rocheux sur lequel la nef a été construite.





la couronne désigne à l'évidence la Reine du Ciel

j'en profite pour vous montrer l'hyperboloïde soutenant la croix du Christ








au-dessus du pilier central, le balcon sur les vignes, tourné vers Montserrat

les deux agulles, de Maria, et du Christ, précédés du R de Regina


Il faut aussi faire le tour pour admirer le mur périphérique, (on dit la barana) encore une fois, pourquoi faire un mur horizontal, quand on peut imiter la nature en le déployant en formes ondulées, et en créant périodiquement une pointe qui va sortir la composition de son côté artificiellement horizontal : c’est typique de l’Art nouveau imitant la Nature qu’ici on nomme « modernisme ». Je vous ai raconté que Gaudi avait imité les formes des rochers vus à la Desenrocada (2). Ici Jujol a intégré son sanctuaire dans la roche calcaire ocre, l’argile rouge, et la végétation verte comme jamais je ne l’avais vu : si on ajoute la simplicité des briques, l’astuce des assemblages en « ziga-zaga », je suis admiratif :  le sanctuaire est intégré, inclus, dans son cocon de pins, seuls les dômes et les flèches ressortant visibles, un vrai camouflage !

Au retour, je puis m’arrêter devant les murs de pierre sèche, et découvre bientôt un abri : la porte est constituée de pierres assemblées en arc sans mortier, là encore, comment mieux s’intégrer au décor qu’en l’utilisant pour construire ?



Jujol s'en est inspiré pour ses baranas en ziga-zaga









La nature est belle, je tombe en arrêt sur des touffes d’immortelles

le sanctuaire de Jujol m’aura fait quitter les rivages de la costa daurada

noirs de monde et de constructions décevantes

ici tout est beau, on se retrouve tous enfants de la Virgen

de Montferri a Montserrat

comme dit la chanson créée spécialement pour le sanctuaire





https://www.youtube.com/watch?v=f5h4orV-Wis&ab_channel=FranciscoDIAZTORRIJOS


PS (1) : http://babone5go2.blogspot.com/2021/12/una-estrella-para-la-madre-de-dios.html

PS (2) : http://babone5go2.blogspot.com/2022/04/al-coll-de-la-desenrocada-2.html


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire