dimanche 17 mars 2019

Expotren 10ème (1)


Je vais vous dire pourquoi j’y suis retourné : dès franchi le tunnel de Vielha, même impression de liberté en découvrant le climat méditerranéen du Sud des Pyrénées : il fait beau, le ciel est bleu, et les pêchers diffusent le rose du printemps. Arrivée la veille à Lleida, hébergement habituel à l’IBIS, toujours infernal à trouver carrer Maria Montesori tant toutes les rues d’accès, sauf la bonne naturellement, sont en sens interdit. Dès l’arrivée, je me prends pour un exposant pour voir l’ambiance des préparatifs : il y a des modélistes de Tarbes, ayant fui comme moi les grands débats de notre beau pays. De la Rochelle, apeurés par l’arrivée du paquet de mazout lâché par le Grande America (elle est belle et grande l’Amérique) qui une fois de plus menace leurs côtes.




Bonne nuit. Bon petit déjeuner, au milieu d’une partie des exposants venus se faire héberger ici, les voisins de Tarbes ont choisi l’hôtel de la Gare pour entendre les trains. Je prends conscience que chez nous, le Gouvernement n’aime pas les séniors : nous râlons. Nous coûtons très cher à l’Etat : le quart des mille milliards de dépenses publiques annuelles ! Nous ne faisons rien,  sauf squatter hôpitaux et maisons de retraite. Et le grand débat est là, qui semble dire que l’urgence est de ré-indexer nos chères retraites sur le cher-coût de la vie ! Triste nécessité, pour le Premier Ministre, que d’obtempérer : il va encore nous trouver un truc pour hausser les toutes petites retraites, les moyennes vont certainement continuer d’être bloquées, pour ajouter cette punition à celle consistant à maintenir pour les meilleurs la taxe d’habitation jugée si injuste ! Je crains (comme la majorité de nos contemporains) les conclusions que va tirer Macron de ces semaines de lettres de doléances ! Quels nouveaux impôts va-t-il ajouter aux impôts comme la reprise de l'augmentation de la taxe carbone ? Mieux vaut oublier...ici, au soleil !



Expotren est un salon de séniors : dès l’entrée j’annonce que je suis major, et ne paie que 8 Euros au lieu des 10 prévus pour les actifs. Il faut bien le dire : le thème ici est « nostalgie (sobre) et technicité ». Nostalgie en présentant des trains à vapeur disparus. Sobre car les échelles sont de plus en plus petites, le N (échelle 1/160è) étant majoritaire avec le Ho (1/87è). Moi je cherche le stand de l’échelle 1/32è qui est l’exception vu le prix des machines. Technicité car tout fonctionne avec des tablettes, de l’électronique, des télécommandes sophistiquées, démontrant que les majores tentent avec succès de rester dans le coup en maîtrisant les technologies récentes.

nous sommes vendredi : personne !

le réseau échelle 1 vide

premier pont, il y en aura d'autres !


la Disputacio allumée

mariposas chez Desigual

San-Juan Baptiste baptise le Christ, c'est loin tout ça !


petits sandwiches craquants chez Ibericus



Comme je n’ai plus grand-chose à découvrir, sauf le club de Terrassa dont l’un des membres a fabriqué des machines à vapeur au dixième, ainsi qu’un tracteur Lanz à moteur à air, je m’amuse à contempler mes contemporains photographiant comme je le fais, pour mettre nos souvenirs en boite, et compenser tout ce qu'il est impossible d'acheter.







Deux heures et demie après, je suis mort, et rejoins la voiture. Reste à développer les photos, et les recadrer une à une comme d’habitude. Le dixième anniversaire est vite passé.

Il reste des modélistes espagnols de premier plan

J’ai vu une fois de plus 

des merveilles inattendues :


démontage du Lanz : mon nouvel ami est très fier de son copain le créateur








(à suivre, demain !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire