mardi 26 juillet 2016

Miséricorde mais Justice

le Caravage, David et Goliath
On peut être chrétien, tendre la joue gauche, pratiquer la Miséricorde, la Compassion, l’Amour du prochain, le Pardon des fautes….

L’église catholique française, réunie à Cracovie avec les milliers de jeunes du monde, répète inlassablement ces mots, en assurant lutter avec ses seules armes : la prière et l’amour du prochain.

Le Christ en croix le dit bien à Dieu le père en parlant de ses deux voisins-voleurs : -« Seigneur, pardonnez-leur, ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Notre époque renoue donc avec une barbarie qu’elle connait bien, notre Histoire est pleine de ces provocations où un tueur, qui n’a aucune peur de la mort, va assassiner un prêtre, type même de l’être faible, âgé, qui travaille encore à 86 ans : le martyr authentique, dont les portails de nos églises sont remplis.

Giambattista Tiepolo

Tout cela s’entend si, en même temps,

s’exerce la Justice.

Elle est armée, la Justice, d’un glaive elle aussi, et sa main ne devrait pas trembler.


J’imagine le Juge aux libertés : notre société en a une image hallucinée, de tous ces juges rendant la Justice dans les feuilletons télévisés : s’ajoute à la rigueur de leur fonction leurs petites faiblesses humaines, et j’imagine notre Juge aux libertés ayant assigné notre dernier tueur à résidence…avec l’alibi de son bracelet électronique....(Olivier Falorni qualifiera son ordonnance de "bisounours" !)


Aujourd’hui quand j’achète une voiture neuve, elle est équipée d’une puce. La puce communique avec ma tablette, qui me dit en permanence où se situe ma voiture : si j’oublie où je l’ai garée, je la retrouve. Si on me la vole, je la suis en permanence...

...en fait, je la suis en permanence !

Notre Juge aux libertés (ou le collaborateur doté de la tablette) doit être doté de ce même appareil. Il ne suivait pas une simple voiture : il suivait un tueur (potentiel fiché S) en liberté !

nuance !

Je n’imagine pas qu’ayant des tas de libérés sous conditions à suivre, "ils" aient assisté, hier, en direct, à Saint-Etienne du Rouvray, au parcours de leur justiciable au demeurant condamné à se présenter chaque matin à la gendarmerie. Ils n’auraient de toute manière pas eu le temps de réagir.

Mais après coup, la tablette doit reconstituer le parcours géographique des tueurs.

C’est beau le progrès électronique…. : on peut suivre après coup l’itinéraire des assassins.

Vous avez remarqué ? Désormais, les forces de police « neutralisent » les assassins avant de leur demander quoi que ce soit. J’aime ce nouveau mot : « neutraliser les barbares »

Justice doit passer, sans états d’âme

je pense aux proches des victimes :

on leur doit d’être ferme :


miséricorde soit, 

mais Justice




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire