jeudi 18 septembre 2014

Des vaches


des blondes…

…d’aquitaine !




chacun se prépare à enchérir pour le plus beau veau

Grande réunion ce jour 18 septembre : j’adore quand les vedettes sur la scène sont…des vaches, oui de vraies vaches ! Des veaux, élevés sous la mère. Expression inouïe quand on y songe, puisqu’il pourrait paraître normal (ah comme cet adjectif a pris une résonance complexe dans notre langage depuis la moitié du quinquenat !) qu’une vache-mère, nourrisse son veau-bébé, en l’allaitant au pis, à la mamelle dit autrement, suivant en cela les principes traditionnels de Dame Nature ! 





















Car vous savez tous qu’il existe un autre élevage, dit industriel, où le veau boit du lait au seau, lait composé de lait en poudre coupé d’eau, mixture où nos amis des States toujours prêts à donner un coup de pouce à la Nature, n’hésitent pas à ajouter des trucs dont des hormones pour que ça pousse plus vite !

Ici, il existe un label rouge, qui prévoit de respecter strictement des principes naturels, garantissant la qualité de la viande du veau. Et des parties fines que l’on adore ici : le ris de veau, mets délicat que l’on consomme depuis deux mille ans.


Notre manifestation se passe donc au macellum de Saint-Gaudens, autrement dit sous le marché couvert qui ressemble comme deux gouttes d’eau à celui existant donc à Lugdunum Conveanerum autrefois.


Sous la halle en lamellé collé, les vaches, que les étudiants du Lycée agricole vont jauger, pour les classer, et identifier la Miss Comminges de la blonde d’Aquitaine. Dehors, la foule, des propriétaires ; des éleveurs ; des amis ; et des maquignons. Les maquignons achètent les vaches triées, en enchérissant d’un signe du doigt, voire d’un haussement des paupières. Ils ont une blouse noire, et un bâton (un bâton de maquignon) grâce à la poignée duquel ils tirent la vache par les cornes. Du bout de la cane ils sondent l’épaisseur de la chair. Des gestes professionnels tirés d’une pratique ancestrale. La tentation est grande, vous le voyez bien, de jauger un copain, d'un coup de cane sûr !






les élèves du Lycée Agricole
les Officiels : le Président de la Chambre d'Agriculture en n° à gauche, le Maire à droite

Le moment est venu de vendre aux enchères les plus beaux veaux, décorés du même ruban tricolore que l’on coupe lors des inaugurations. Sous le soleil accablant, les acheteurs sont en sueur, sous leur blouse noire qui concentre la chaleur. Sous les tentes, la bière coule à flots. Le restaurant voisin prépare ris de veaux, tête de veau ; tripes et autres abats, que l’on ne mange que là. C’est chaud… !


Belle tradition, de mettre en valeur la vache !

quelles œillades…quels cils… !

Après mes histoires de Vénus, il n’y avait que de telles blondes


pour vous donner envie !




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire