vendredi 25 mars 2016

Da Vinci code à Saint-Gau (7)




le retour !

Je vous l'avais prédit… l’aventure continue !

(1) cliquez en bas pour les 6 premiers épisodes !

Septième épisode, the last but not the least !

Nous sommes le 21 mars. Réunion mensuelle du Conseil Municipal. Le mot clé, "redressement", le Maire présente le compte administratif 2015. Le mot clé : redressement, est miraculeux : grâce à une gestion serrée (on disait autrefois de bon père de famille), voilà que le déficit d’entrée de mandat de 2,5 millions (ce n’est pas une erreur de frappe) a été résorbé. C’est incroyable : le gaspillage (avant) était à cette hauteur, avec la perspective d’une hausse des impôts locaux de 45% ! L’an passé la hausse a du être de 9% pour compenser la baisse correspondante des dotations de l’Etat, en pleine restriction budgétaire sur le dos des collectivités territoriales. Malgré cela, le Maire présente des comptes en équilibre, à tel point que pour 2016 (ce sera annoncé le mois prochain, mais on peut anticiper), malgré la nouvelle baisse de la dotation de l’Etat (il continue d’imposer aux mêmes collectivités locales une baisse de leur train de vie qu’il ne s’impose pas), les impôts ne devraient augmenter que des 1% votés en douce par la majorité à l'Asssemblée.

Ce n’est pas notre sujet, mais ce préalable montre que la Ville peut à nouveau investir !

Sur les 20 délibérations proposées au Conseil, il y a la numéro 17 : Art roman, rachat du chapiteau. Ca y est : le marchand belge (il est resté prudemment en France, il devait se méfier ?) a baissé son prix à 90000, (il fait quand même une marge positive de 48000 Euros) ! Va-t-il payer des impôts sur cette plus-value qui représente, pour beaucoup de ménages, un an de salaire...voire plusieurs années ? On ignore ! Il faut bien qu’il reste des zones d’ombre !

Des subventions sont sollicitées pour réunir "la rançon" de 90000 Euros réclamée par le marchand : 40000 de la Direction des Musées de France au Ministère de la Culture ; 25000 du Conseil Régional ; 6000 de la fondation du Patrimoine. 1000 de la Société archéologique du Midi Toulousain. Vous faites le total : ça fait 80%, soit 72000.

Reste 18000 pour la commune, qui risque donc de payer 18.000 Euros l’objet, estimé par l’expert 3000 à l’origine. Si bien entendu les subventions sont confirmées. On refait le musée. Ouf ! Ca c'est pour l'extérieur. A l'intérieur, on va pouvoir exhiber le chapiteau dans une superbe vitrine ! Toutes proportions gardées, c'est notre anneau de Jeanne d'Arc si longtemps conservé par nos amis Anglais !

retour à la maison bientôt ?

je n'ai pas fini de vous en parler !

Huitième épisode

c'était avant

Quand nous allions chez Monsieur Picart, nous allions admirer, dans un charmant enclos voisin, en passant la tête par-dessus le mur, les antiques de la propriété Pierre et Hélène C. C. est le nom d’un célèbre Prélat toulousain, qui avait légué à ses neveux d’illustres antiques, que je vous ai montrées autrefois.

Pierre et Hélène doivent rejoindre une maison médicalisée. Ils vendent leur maison, et leur charmant jardin, vue sur les Pyrénées. Ils ont eu l’attention délicate de léguer leurs antiques à la maison commune … avant de libérer le jardin.

je passe ce matin, jette la tête par-dessus le mur…
…GR m'avait prévenu :
Le jardin est retourné au calme d’autrefois
les antiques sont en lieu sûr


Le patrimoine revient aux origines, 
et c’est bien ainsi !

ce matin



(1) PS : retrouvez les premiers épisodes :


la suite bientôt dans la rubrique :

da Vinci code à Saint-Gau !

dans

la Gazette des Arts

la Gazette qui fait le point sur l'Art

ici et ailleurs !

ma vierge fétiche de Valentine
avant rénovation


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire