dimanche 10 janvier 2016

Souvenirs de R 16

la photo d'origine
La scène se passe dans les années 70, il y a 45 ans environ. Pas la peine de chercher une précision dérisoire. C’est manifestement le retour car le nez de la Renault 16 (c’était avant de préférer Citroën) est tourné vers l’Ouest, le photographe (qui vient de sortir du duvet, posé la veille au soir sur la plage), se situant au Sud.


On reconnait les lieux : nous sommes sur la plage de Méditerranée donc, que longe la route entre les marais lagunaires, et la mer. Brassens adorait ce coin proche de Sète, les vacanciers aussi qui se garaient en file au bord de la route. Nous revenons de vacances, depuis Guillestre, où nous faisions du camping, comme on le pratiquait alors : camp dans un pré, pas d’eau chaude sauf des bidons noirs chauffés au soleil, et vite vidés par la première douche, ensuite, eau glacée. WC sommaires, (on disait alors « à la Turque ») et locaux pour faire la vaisselle aussi sommaires que l’eau froide, non ! glacée !

La tente était grande et se logeait (une fois pliée) dans la remorque. Sophistiquée la remorque puisque composée d’un squelette (démontable), et d’une caisse dessus. Insuffisante puisque le reste était stocké sur la galerie de toit, d’un aérodynamisme remarquable. Nous n’étions que quatre mais transportions le matériel pour camper de 15 jours à un mois. La voiture était pleine des boites de séchage des papillons attrapés et naturalisés sur place. Les chenilles, elles, broutaient leur verdure, plantée comme un bouquet de fleurs dans un vase, posé à gauche de la jambe gauche de la passagère avant. En plein dans le levier de changement de vitesse. Folklore assuré !

Il y a donc des photos complémentaires, si l’on veut approfondir l’attelage, lui-même sublimé par le Photoshop de Vincent, qui a supprimé les voitures devant et derrière.


A l’époque, on consommait la moitié moins d’énergie qu’aujourd’hui. La voiture brûlait de l’essence, on y revient. Il y avait des tas de papillons en montagne, et on épandait bien moins de pesticides.

On était aussi heureux qu’aujourd’hui….et si jeunes !

Mais on peut continuer d’être heureux, sauf que les Renault 16 font figure de grand-mères ! La remorque est restée longtemps à Trinquetaille, proche d’Arles, dans un garage oublié. Nous avons pris 45 ans de plus. On a accumulé de l’expérience et plein plein de souvenirs (et de diapositives soigneusement rangées).


Des souvenirs heureux !



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire