vendredi 15 janvier 2016

J'ai retrouvé Jean-Marc Sor

Ce début d'année est riche de promesses ! Vous m'avez déjà lu sur Marsoulas, ville martyre victime de la division das Reich, de retour de Pologne, filant soutenir les Allemands les jours suivant le débarquement en Normandie....

...Le Maire me menant en voiture voir l'entrée de la grotte préhistorique, un petit Lascaux, fermée par une plaque de fer, mais dont l'intérieur est visible à Tarascon sur Ariège, débarrassé des graffitis qui obturaient le bison de pointillés rouges. Le seul dans son genre !

Nous étions passés à l'époque devant une maison apparemment banale, celle des parents. Des parents de Jean-Marc Sor. Miracle de la nouvelle année, je décroche (ce qui ne m'arrive pas tous les jours) mon portable (saturé de coups de fil), et je l'entends : "Salut, je t'ai retrouvé", et il m'embrasse ! Rassurez-vous, cela se pratique de plus en plus entre mecs, quand ils s'aiment bien !

Le bouche à oreille a fini par fonctionner, le Maire a salué le papa, le papa a appelé le fils, le fils a téléphoné à la mairie...qui lui a filé mon zéro-six...et j'ai donc....décroché !


Vingt trois ans que je ne l'avais entendu ! Nous nous étions quittés en 1993, sur une mission de la plus haute importance : découvrir absolument l'existence de Graellsia Isabellae dans les Pyrénées françaises : un motif légitime : cette merveille étant présente en Aragon, ne pouvait avoir échappé à la nationalité Française, bien plus prestigieuse n'est-ce pas ?...même si personne ne l'avait encore découverte chez nous... nous en Comminges ! Je vous ai tout raconté dans "la belle histoire" http://mesamispapillons.blogspot.fr/2010/12/graellsia-isabellae-la-belle-histoire.html

Délocalisé en Bretagne, les téléphones perdus, pas encore d'internet, plus de liaison, plus de nouvelles, en deux mots je passe 23 ans dans l'ignorance ! Je sais depuis quelques jours la chute brutale et castratrice, l'honneur national en berne : la merveille est exclusivement espagnole, aragonaise plus précisément, catalane aussi, tout ce que vous voudrez, mais refuse de résider en France ! On ne va pas clamer cela sur les toits ! Par contre, pour nous qui sommes tri-nationaux (je n'oublie pas être catalan); il suffit de passer le tunnel de Vielha, on est comme chez nous de l'autre côté. On traverse Pont de Suert. On va visiter Joep Ylla i Ullastre parfaitement francophone dont je détiens la thèse de doctorat depuis 1992, et puis on approche la Merveille, je ne vais quand même pas vous mâcher tout le travail en vous disant exactement où !

Jean-Marc explore tout le coin (nous détenons d'autres secrets communs). Et puis il découvre Darwin. Les Galapagos ; les pinsons aux becs variables ; la variation infime des caractères selon l'ile dans laquelle on habite (je parle des animaux). Et la fameuse théorie de l'évolution. Comme Jean-Marc a visité comme nous tous le Natural History Museum de Londres, qui est notre maison-mère à tous (les entomologistes), il me commente la scène : le hall géant avec le diplodocus au centre, avec d'un côté, la statue de Darwin. Un peu triste le Darwin. 




Darwin tout petit au fond en haut de l'escalier

Car il a été au même moment où il publiait, été concurrencé par un second génie, (je le préfère) Alfred Russel Wallace. Comme les Anglais ont fêté le centenaire de sa mort en novembre 2013, ils lui ont érigé une statue en pied en chasseur de papillons, symétrique à celle de Darwin !



Et ce que vient d'achever Jean-Marc, un frenchie de chez nous, devançant ainsi les Japonais pourtant très forts en la matière, et les Anglais of course, c'est de retourner sur la Wallace line. Refaire le parcours. Découvrir la forêt tropicale remplacée par des palmiers à huile (de palme)...et retrouver Ornithoptera croseus rescapé, celui découvert cent ans auparavant par notre cher Alfred. Figurez vous que des "papillons-explorateurs" sont conçus dès l'origine pour être plus vaillants que les normaux ; explorer les dernières zones protégées, pour s'y ré-installer ! Il y aurait donc l'espoir que la planète-indonésienne ne soit pas tout à fait fichue !

Comme Jean-Marc avait retrouvé quelques années avant le Goliath, l'Ornithoptère géant (le plus grand papillon du monde), il devient spécialiste mondial, et ce double succès le rend célèbre...

après le Goliath....
Croseus !

...et il me téléphone !


on a rendez-vous à Salies du Salat !

au Casino ! 

Ca se passe samedi 6 février à 20 heures !

quel coup du Sor(t) !


venez nombreux, faire une Ola à Jean-Marc !


1 commentaire:

  1. Bonjour, je souhaiterais entrer en contact avec vous au sujet des papillons mais je ne trouve votre mail nulle part.. Voici le mien violona33@gmail.com cordialement

    RépondreSupprimer