mardi 12 janvier 2016

Perce-rien-du-tout

Perce-neige : « en réalité famille des Amaryllidaceae qui poussent et fleurissent généralement en hiver ».


Diverses espèces du genre Galanthus sont concernées dont Galanthus nivalis (la perce-neige la plus connue). Vous noterez que l'on dit la, mais il parait qu'on dit aussi : le.

Elles ont, pour ce faire, la capacité de percer une faible couche de neige. Nous n’avons pas de neige, rien à percer, les perce-rien-du-tout fleurissent par bandes dans la petite forêt qui jouxte Barbazan d’où je reviens (pour des motifs très sérieux mais confidentiels).

Dans le calendrier révolutionnaire (dont je m’étonne que le Roi François ne l’ait pas remis à la mode pour montrer son attachement aux véritables valeurs républicaines), nous sommes le 4ème jour du mois de pluviôse. Je précise car j’ai vérifié qu’il s’agit de Quartidi (les Djhiadistes seraient totalement dépaysés si nous ré-adoptions ce vocabulaire, et ne pourraient plus se donner des rendez-vous, bref !) autrement dit le vendredi 23 janvier 1795. Or nous sommes mardi 12, avec 11 jours d’avance…seulement !


Je ne vois pas là trace ostensible du réchauffement climatique, pourtant certain. Je n’ai pas (encore) vu de jonquilles, même si le soleil printanier nous ferait croire au printemps.

Pour nos amis de la Ville, totalement et définitivement coupés de la Nature, je leur offre ces images : certes, il faut des chaussures étanches pour fréquenter cet endroit. Même si elles reviennent tachées de boue, ces étendues de perce-rien-du-tout sont bien sympathiques !


Ce sera un jour le printemps

en attendant, on économise le chauffage


Le froid viendra bien nous surprendre 

quand nous ne nous y attendrons plus !


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire