mardi 26 janvier 2016

Guerre du cochon

Je coiffe mon bonnet rose

Impossible de ne pas réagir : mes copains bretons sont en danger ! Après les bonnets rouges, ils coiffent des bonnets roses : sans doute pour apitoyer la Majorité ? Sans doute pour faire appel à une médiatrice, pourquoi pas Julie Gayet tant qu’à faire ! A qui donc faire appel qui ait un tant soit peu de compassion et surtout de bon sens ? Julie ? Ségolène ? On la découvre en Chine, casque traducteur sur la tête, vendre des Rafale ! Pourquoi le Ministre (breton), pourquoi le Président (breton) de la Région Bretagne, si prompts à partir en guerre contre le Djhad, n’arrivent-ils pas à juguler la crise du porc bretonne ? Sans oublier la crise du lait…le fameux fleuve blanc…Vous vous rendez-compte ? 

Non, je parie que Non !


Sainte Julie, pouvez-vous intercéder auprès du Seigneur Patron des Roses  ?

Faites comme moi les courses. Regardez dans votre supérette le prix du cochon. Non ! Vous observerez que l’on dit « cochon » quand on parle des éleveurs. Ca sent pas bon. Ca rejette du lisier. Ca provoque des algues vertes. Chez nous, on n’aime pas trop le travail manuel, alors, quand ça se passe à la campagne dans la Bretagne d’en bas et que ça ne sent pas la rose, on s’arrange pour détourner le regard. Dans les magasins, on dit « porc », c’est mieux, mais attention : déjà que nos amis musulmans refusent d'en manger, méfions nous que les Français dits de souche ne finissent par faire de même par solidarité ! Pourtant dans le cochon « tout est bon » ?



Je me rends chez Michel Edouard Leclerc, lui aussi est breton. Observez le prix du cochon en rayon : facile, tout se vend sur internet aujourd’hui, voici un aperçu : comme vous je regarde les prix, attentivement. Je ne vois pas le fameux syndrome de la culbute : deux fois plus soit 2 Euros le Kilog.... ! Je vois pire !

Cinq fois plus, je trouve jusqu'à 17 Euros le Kilog. Je vous rappelle : au producteur, c'est un Euro le kilog ! Une marge énorme, on vous explique depuis des années qu’il faut payer les abattoirs ; la TVA ; la découpe ; la TVA ; la mise en caisses ; la TVA ; le transport ; le prix du fuel (qui diminue sauf les taxes dont la TVA) ; Rungis ; les pertes par évaporation. La banque alimentaire. Les emballages et la taxe sur les emballages. Sauf la taxe sur les autoroutes depuis que Ségolène a mis sur la table 1 milliard pour la supprimer.

Ca fait toujours une marge énorme, 

des tas d'intermédiaires doivent quand même s’en mettre plein les poches ?


La folie ultime, c’est que si tous les producteurs se suicident, qui va nous produire du porc demain ?

Les chinois, une fois de plus ?

ils se mettraient déjà à exporter du lait...!

Alors Montebourg parti flirter avec Filipetti, notre pays capitule définitivement : plus de tissu ; plus d’acier ; plus d’Education ; plus de nucléaire ; plus d'électro-ménager ; plus d'ordinateurs...plus d'artisans... maintenant,  plus d’indépendance alimentaire ?

Mais que va-t-on produire, demain, pour payer tout ce monde qui ne travaille plus :

... et pour les faire manger ?

On prévoit même de supprimer l'élevage des canards

depuis qu’une "pétasse" américaine, invitée par l’Assemblée Nationale,

vient nous expliquer que seul le standart américain nous convient !

Gouvernement, consommateurs...

sommes-nous devenus définitivement fous ?

je ne comprends plus rien : autrefois, l'Administration régionale et départementale

vivait les manif's, dures, dures les manif's !

on se rendait tous rue de Varenne, dans la Salle à manger du Ministre (breton)

et on réglait ça entre ...Bretons


Mais que font donc les Bretons, mes amis Bretons !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire