vendredi 17 juin 2016

Le val de la chèvre (8)

Je crains de ne pas avoir fait le tour de la question s’agissant de chèvres, quand je vous ai parlé de Valcabrère : j’avais omis le latin, Capra pyrenaica pyrenaica , le bouquetin des Pyrénées, qui  n’est que l’une des quatre sous-espèces du bouquetin d'Espagne (Capra pyrenaica). Nous voilà une fois encore associés à nos amis espagnols dans une Histoire décidément commune ! (1)

Comme vous le voyez plus bas deux sous-espèces sont éteintes, les scientifiques tentent de cloner les restantes pour reconstituer les disparues. Bref ! nul doute que nos ancêtres romains aient été passionnés par ces animaux majestueux.

La chèvre domestique (Capra hircus Linnaeus, 1758 ou Capra aegagrus hircus) est une espèce ou une sous-espèce de mammifères herbivores ruminant, appartenant toujours à la famille des bovidés, sous-famille des caprins. Elle a été domestiquée dès le début du Néolithique (environ -10.000 ans), vraisemblablement d'abord pour son lait, puis pour sa laine, sa viande, sa peau et son cuir. La plupart du temps, les chèvres sont domestiquées, mais on les trouve aussi à l'état sauvage dans quelques contrées du Caucase, d'Iran, d'Afghanistan ou d'Irak. Strabon ajoute à propos : l’Hispanie !




Les termes chèvre, caprin et capra dérivent du latin caprinus, « bouc, chèvre ». L'épithète spécifique dérive du latin hircus, désignant lui aussi le bouc.

Amalthée est  la fameuse chèvre de la mythologie grecque qui nourrit Zeus enfant, entre autres avec de l'ambroisie et du nectar contenus dans ses cornes. L'une de ses cornes, brisée par le jeune dieu, fut transformée en Corne d'abondance. Une autre version dit que Zeus, à la mort de la chèvre, fit un bouclier de sa peau, ce qui le rendait invincible, car celle-ci ne pouvait être transpercée.

Jacob Jordaens : Louvre

Toujours dans la mythologie grecque, le corps de la Chimère est celui d'une chèvre. Et puis, c'est une constellation ; un signe ...du capricorne...!

D'après Diodore de Sicile, des chèvres auraient guidé des hommes de Delphes vers le lieu où des fumées sortaient des entrailles de la terre. Prises de vertige, elles dansaient. Intrigués, les hommes auraient compris le sens des vapeurs émanant de la terre: il leur fallait interpréter cette théophanie ; ils instituèrent un oracle.

Le dieu de la nature Pan est dépeint comme mi-homme mi-bouc. Dans l’Hymne homérique, il porte barbe, cornes et pieds de chèvre, mais dans l'art figuré, il est parfois représenté sous les traits d'un jeune homme à tête et queue de chèvre. On lui doit la racine de "panique", et c'est sans doute sa sale tête cornue qui inspire les représentations ultérieures du diable  ?


Le plus bizarre est que le mot chèvre désigne un instrument de levage. Pourquoi ?

En tous cas, il était utilisé par les romains et les ouvriers du Moyen Age pour hisser de lourdes charges. Un homme marchant dans  un rouleau nommé « cage à écureuil » pouvait ainsi faire monter une charge supérieure à son poids à plusieurs mètres de haut, donc des pierres taillées, (avec leur encoche dessus, contenant leur louve).


le simple mot « Valcabrère »

ravive plein de souvenirs oubliés ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire