samedi 24 juin 2017

Cipriani : est-ce Phryné ?

Vous connaissez l'histoire de Phryné, ingénue soupçonnée indûment, à l'époque où n'existait pas la présomption d'innocence, et acquittée par ses Juges, après que son avocat (avisé) eût ôté (prestement) le noeud derrière le cou tenant sa tunique, exhibant sa silhouette (nue) aux membres du Tribunal (médusés) ?


C'est un thème précieux pour les artistes, trouvant prétexte à cette histoire pour dénuder leurs modèles, afin de vérifier si l'argument est suffisant pour retourner une Cour d'Appel. Manette m'en parlait souvent en citant le personnage de Nitouche, qualifiée de Sainte on ignore pourquoi, et dont les fesses dénudées méritaient (il s'agit d'une petite statue) d'être reflétées dans la glace de la cheminée, de manière à ce que l'on voie le devant, et le derrière, d'un seul regard !

Ugo Cipriani est né à Florence le 13 août 1897. Fils de sculpteur, il fait ses études à l’Académie des Beaux-Arts. Vers 1935 il émigre en France pour échapper à Mussolini et au fascisme. Il vit à Paris comme réfugié politique et crée des statues, dont en terre cuite, en quantité. Il est mort en juin 1960 à Paris.

Peut-on imaginer que Cipriani ait représenté Phryné ?

Yes apparemment, voici en effet la statue, avec une pose très suggestive style Art-Déco

on pense à Maillol évidemment












là où l'affaire devient intéressante, c'est quand JLF me dit :

-"je vais en créer une, 

grandeur nature...

...j'imagine que cela vous intéresse ?"

il me connait depuis au moins vingt ans !


Je vous ai raconté précédemment comment le Maitre s'imprègne de son sujet, attrape les détails, les enfourne en tête, et se prépare à créer des doubles, avant d'oublier et de passer à autre chose. Il est plus facile pour lui d'en faire deux de suite plutôt que tout reprendre après, en intercalant d'autres projets qui n'ont rien à voir.

-"bien sûr que j'en veux une...

...Phryné grandeur nature !"

les juges à l'époque 

auraient voulu aussi !





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire