mercredi 14 juin 2017

Botanique atlantique

Pas besoin de chercher loin, derrière les grillages empêchant les surfeurs d’écraser les dunes, petit conservatoire botanique pour les nuls !

L’oyat est partout, la graminée adaptée à la sécheresse par excellence. L'enroulement de ses feuilles, garnies de petits poils, réduit l'évaporation, donc la perte d'eau. Ses rhizomes la maintiennent très bien dans un sol meuble et constituent également des réserves pour la plante. Cette haute graminée, qui dépasse le mètre, est solidement plantée dans le sol sableux de la côte grâce à ses rhizomes. Ces tiges souterraines se ramifient et courent dans le sol, qu'elles stabilisent. Pour la plante, elles jouent le rôle de réserves, utiles dans ces endroits secs et pauvres. Les rhizomes peuvent aussi bourgeonner et donner un nouveau pied.

Nom latin : Psamma arenaria, le mot latin arena désignant le sable ou le gravier. D'autres l'ont même baptisée Ammophila arenaria, ammophila signifiant, en grec, "qui aime le sable".


Lagurus ovatus : queue de lapin, gros minet, queue de lièvre... Autant de termes utilisés pour désigner ces adorables boules de poils. Très présente sur les dunes du littoral atlantique, cette graminée a un rôle écologique indéniable puisqu'elle permet la stabilisation des sols en milieu fragilisé. Au jardin ou sur un balcon, elle s’épanouira parfaitement dans un pot avec du sable, au soleil.





Helichrysum stoechas : c’est l'immortelle des dunes. Famille: Astéracées (Composées). Voilà une herbacée vivace à base ligneuse de 15 à 40 cm. recouverte de poils gris argenté; feuilles étroites à bords enroulés; fleurs groupées, très odorantes (odeur de curry): pousse en populations denses.






Vous voyez bien : 

on peut s'instruire sur la plage !

(et ce n'est pas fini !)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire