samedi 22 avril 2017

Casa Burès

Un appartement d’exception

dans une casa de Gaudi

A l’origine, un magnat du textile, Francesc Bures. Décidément, comme à Reus avec Navas, comme les frères Schlumpf chez nous, le textile aura servi à financer les plus beaux immeubles modernistes... de France et de Catalogne !

La casa Bures était non seulement une maison de famille, mais un espace vie et de travail : le rez-de-chaussée abritait l’usine de textile, la production des draps qui ont fait la fortune de Francesc Bures. La famille vivait à l'étage supérieur, tandis que les étages au-dessus étaient loués comme appartements.


Il aura fallu cinq ans à partir de 1900 au constructeur, Francesc Berenguer i Mestres, collaborateur de Gaudi, pour réaliser la construction.

« Un Chef d’œuvre de l'artisanat, inspiré par la nature », a déclaré M. Trias de Bes, mettant l’accent sur les images d'animaux, des fleurs et les scènes de forêts. Combien d’artisans nécessaires pour réaliser une telle prouesse !

M. Bures n'aura pu profiter de sa maison modernista que pendant deux ans. Il est mort en 1907 et sa famille a repris la maison et son entreprise, Industrias Bures. Dans les années 1980, leurs descendants ont vendu la maison au gouvernement régional de la Catalogne, et en 2014 l’immeuble est vendu au promoteur Marcus Donaldson, associé à Bonavista Developments.

Vingt millions de dollars, et les travaux de rénovation s’élèvent à 11M$ supplémentaires.  « C’était fondamentalement une ruine », déclare M. Donaldson. « Il y avait eu des squatters qui avaient tout saccagé, et beaucoup de décorations caractéristiques, comme les plafonds très ornés, avaient été enlevés ou recouverts. Nous découvrons toujours de nouvelles choses - récemment, nous avons retrouvé la feuille d'or d'origine sous environ quatre couches de papier peint » !

La restauration a impliqué la division de la Casa Bures en cinq penthouses et 21 appartements. Une piscine sur le toit, une deuxième piscine au sous-sol, une salle de gym, des salles à manger privées et une cave à vin.

Les parties communes sont extraordinaires : à l’entrée un escalier monumental entouré de vitraux, où vous accueille un ours grandeur nature, dressé sur ses pattes de derrière !






























Un grand dôme de verre teinté couvre l’atrium central, et jette une lumière colorée sur le hall. Et le premier étage vous accueille, dans un festival de fresques, de peintures murales, de murs dorés, de mosaïques, colonnes de marbre, corniches, boiseries sculptées et sculptures en bas-relief exquis.



« De l'extérieur, c'est un bâtiment tout à fait normal », a déclaré l'architecte Juan Trias de Bes, à TDB Arquitectura, qui supervise la rénovation.

« Tout ce qui est inhabituel est à l'intérieur. »



les lofts du rez-de-chaussée avec les colonnes d'origine

la pièce la plus fameuse avec la cheminée
décorée du petit chaperon rouge, et de Diane entourée de chiens
à la poursuite d'un grand cerf









re-voilà un loft dans l'ancienne usine du rez-de-chaussée



Les prix commencent à 1.1m $ pour un appartement d'une chambre de 120m², jusqu'à un 5 à 6 millions pour quatre chambres. Vous arrivez trop tard : l'appartement avec la cheminée a été vendu dès le début : il ne reste plus que quelques chambres de bonne...mais quelles chambres !

Vivre à Barcelone dans un tel endroit se paie, 

comme à Paris ou Londres !






je me mets à l'Espagnol : la traduction est de votre serviteur, car celle de google ne vaut pas tripette !


l'immeuble de droite, et la piscine sur le toit

en plein travaux avec Googlemap


vous qui avez encore quelques économies : 

il reste des appartements disponibles comme celui-ci :





pour vous, j'ai ressorti la liste des disponibilités :


il n'y en aura pas pour tout le monde ! 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire